7:12 - vendredi septembre 30, 2016

Les technologies innovantes au service de l’eau, Israël, Oman, Japon

Lu 646 fois Grégory Lesca 0 réaction
image-09-03-16-08-10-42-ok

FORUM EAU
ISTANBUL 2009 – L’accès à l’eau dans le monde est très inégal.
L’approvisionnement en eau et la sécurisation des ressources sont
devenus de véritables enjeux, parfois politiques. De nombreux pays
disposent d’ailleurs d’un ministère de l’eau.
Et parfois la technologie vient compenser le manque des ressources.
C’est le cas en Israel. Territoire très aride mais aussi très agricole
qui consomme énormément d’eau pour son irrigation. Tellement que ses
réserves n’y suffisent plus.
L’Etat a donc investi dans des projets de recyclage des eaux usées et
de déssalinisation qui fournissent aujourd’hui 40% des eaux d’irrigation.
Ronid Golovatim est la chef du département eau et environnement de
l’Israeli export international corporation institut

/ »Aujourd’hui nous avons le plus grand programme de désalinisation du
monde aux prix les plus bas. C’est seulement 60 cents le m3 pour
désaliniser ce qui est peu. nous recyclons aussi les eaux usées.
C’est-à-dire traiter ces eaux d’une certaine manière pour qu’elles
conviennent à l’irrigation sans aucun risque pour la santé, pour
l’environnement.
Aujourd’hui 75% des eaux usées sont recyclées en Israel pour
l’irrigation. Nous sommes les premiers dans le monde. Le second c’est
l’Espagne avec seulement 12%. »/

Une technologie encore chère mais qu’Israel entend amortir en
l’exportant.
Le sultanat d’oman dans le golfe persique désalinise lui aussi.
En 2008 il a investi dans 2 nouveaux centres de désalinisation pour 50
millions de dollars. Suleymane Alubeidane, du ministère de l’eau

« /Nous avons plusieurs programmes de désalinisation et environ 80% de
l’eau potable en Oman provient de la désalinisation. Mais aussi 20%
proviennent des eaux souterraines mélangées à l’eau désalinisée avant
d’être mise en circulation dans le réseau./ »

Et quand on n’a pas les moyens de cette technologie, on peut se tourner
vers la purification de l’eau insalubre. Une entreprise japonaise en a
fait sa spécialité. Une bactérie issue de soja fermenté qu’on dilue
dans l’eau et qu’on filtre
Démonstration avec une employée de Nippon Polyglu

« /Vous ajoutez une petite quantité de produit dans l’eau. Vous agitez,
c’est important de bien mélanger et ensuite vous filtrez pour mettre de
côté les impuretés et là vous obtenez une eau de bien meilleure qualité
que l’originale/. »

L’eau ainsi obtenue n’est pas potable mais elle peut servir aux tâches
ménagères. Plusieurs pays d’Asie du sud-est utilisent déjà cette poudre.

The following two tabs change content below.
Grégory Lesca
Journaliste amateur d'actualité d'environnement et de voyages, j'ai mis ces trois passions au service de Fréquence Terre.

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
image-09-03-16-08-10-42-ok

Cooperation Nord Sud, les communes Française fiancent les pays pauvres

image-09-03-16-08-10-42-ok

le forum de l’eau alternatif, l’autre forum d’Istanbul

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire