9:07 - mercredi septembre 28, 2016

LA MER D’ARAL : de l’anéantissement à la renaissance

Lu 1532 fois Philippe Boury 0 réaction
image-09-05-06-17-33-04-ok

C’était l’une des plus grandes mers intérieures du monde… La mer d’Aral, située aux frontières du Kazakhstan et de l’Ouzbékistan, en Asie Centrale, a perdu, en 40 ans, plus de la moitié de sa surface et les deux tiers de son volume. Autrefois pivot de l’économie et de l’alimentation locale, cette étendue maritime, aussi grande que le Portugal, a été la victime de l’inconséquence des politiques humaines.

Dans les années 60, l’Union Soviétique décide d’intensifier la culture du coton dans la région. Pour ce faire, elle détourne alors les cours de deux fleuves afin d’assurer l’irrigation des plantations. Le résultat est l’une des plus grande catastrophe écologique du monde. La mer s’est asséchée et les fleuves se sont taris. Les produits chimiques déversés sur les champs de coton ont empoisonné durablement l’eau et l’atmosphère environnante.

Les eaux restantes de la mer sont saturées de sel et engorgées de produits toxiques. La faune marine, très diverse avant 1960, a été décimée. Ne subsiste alors qu’une espèce de raie, importée, qui seule résiste à ce changement d’écosystème. En quelques années, les villages côtiers se retrouvent les pieds dans le sable à tel point que les 60 000 familles qui vivaient de la pêche doivent ranger leurs bateaux et quittent la région.

© Pierre A. FRADIN

A cet anéantissement de l’environnent et de l’économie locale, s’ajoutent les conséquences sur la santé des riverains de la mer. Les engrais, les pesticides, les défoliants, ont pollués l’air et l’eau potable. La mortalité infantile est semblable à celle du Bangladesh… 118 décès pour 1000 habitants par an. Et dans le port ouzbek de Mouinak, cancer, tuberculose et maladies sanguines déciment peu à peu la population. Et on ne compte plus les cas d’enfants malformés ou mort-nés.

Pourtant, un espoir commence à poindre dans cette région tourmentée. En 2005, avec l’aide de la Banque Mondiale, le barrage de Kokaral, au Kazakhstan, a vu le jour, ainsi qu’une série de digues. En 3 ans, la mer est remontée de 6 mètres. Les oiseaux, les poissons reviennent. Des esturgeons sont réintroduits dans la mer, et au marché local, les étals des poissonniers offrent plus d’une quinzaine d’espèces différentes. L’écosystème se renouvelle peu à peu, et les enfants se baignent à nouveau dans la mer.

Cette renaissance reste fragile. Il faudra réaliser d’autres barrages et d’autres digues pour consolider cette remontée des eaux. Il faudra aussi certainement beaucoup de diplomatie pour coordonnées les efforts des différents pays concernés.

Car sur l’autre rive, en Ouzbékistan, l’approche environnementale n’est pas la même. Là-bas, il n’est pas encore question de sauver la mer, ni d’abandonner l’exploitation du coton dont le pays est le 4ème producteur mondial.

© Pierre A. FRADIN

C’est pourtant dans ce contexte que les pays riverains de la mer d’Aral ont débattu, ensemble, de la gestion de l’eau face au défi environnemental. Des discussions accueillies chaleureusement par l’ONU, par la voix de son secrétaire général Ban Ki-Moon, qui a souligné l’importance de trouver des coopérations entre Etats pour sauver la mer.

Diplomatie, soutien des ONG, grands travaux, volonté politique et engagement humain, autant d’ingrédients à fusionner pour sortir de plus de 40 ans de bêtise humaine. Mais il faudra sans doute encore des dizaines d’années avant que la mer d’Aral retrouve son lustre d’antan.

The following two tabs change content below.
Philippe Boury
Au début des années 80, Philippe Boury s’est lancé, comme tant d’autres, dans l’aventure des radios libres. Il a ainsi participé, de la banlieue lyonnaise à la région parisienne, à la vie de radios militantes, ouvertes sur la société, soucieuses d’être le reflet de la vie locale, culturelle, politique et associative. Militant associatif lui-même, il a toujours souhaité mêlé ses engagements à sa passion de la radio. C’est donc tout naturellement qu’il a choisi de rejoindre l’équipe de Fréquence Terre, dont il partage les intérêts : survie de la planète, sensibilisation à l’écologie, information sur le développement durable.

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
Rubriques :
image-11-02-04-22-30-02-ok

De jeunes volontaires amènent l’écologie dans les quartiers populaires

image-11-03-13-19-14-05-ok

La Journée Mondiale de l’Eau 2011 face au défi urbain

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire