9:09 - samedi octobre 1, 2016

Prix de l’’eau : opération transparence

Lu 1535 fois Philippe Boury 0 réaction
image-07-03-24-13-30-01-ok

12 milliards d’euros pour 4 milliards de mètres cubes… La distribution de l’eau potable et les services d’assainissement sont une industrie marchande énorme. Un marché qui se joue sur un service public le plus souvent délégué à des opérateurs privés. Concentré entre un nombre restreint de sociétés, ce service semble rester en dehors de toute concurrence. D’où un sentiment, souvent, pour les usagers, de payer le prix fort pour avoir accès à une eau potable et un service d’assainissement efficace.

C’est pour tenter de clarifier un peu le système que la Fondation France Liberté et l’association 60 millions de consommateurs ont lancé une enquête collaborative pour établir « une cartographie complète du prix du service de l’eau ».

« Trouver des informations sur le prix du service de l’eau et comprendre sa facture relève du parcours du combattant » regrettent les partenaires de l’enquête. D’une région à une autre, d’une commune à une autre, le coût du service de l’eau peut varier du simple au double… La Fondation France Liberté et l’association 60 millions de consommateurs évoquent même des disparités pouvant aller de 1 à 7 selon les communes.

Selon la loi, chaque citoyen doit pouvoir accéder aux informations sur l’eau qui coule de son robinet. Dans les faits, cela ne semble pas toujours être le cas. Comme le souligne 60 millions, depuis 1995, les délégataires ont l’obligation de rendre publiques un certain nombre d’informations sur le prix et la qualité de leur service. Ils le font, avec plus ou moins de bonne volonté, et plus ou moins de limpidité.

Mais même lorsqu’on y a accès, difficile d’en déduire si l’on paie le service de l’eau au juste prix. A moins d’être un expert en comptes publics…

Puisque l’information ne vient pas facilement à l’usager, c’est l’usager qui va la porter à la connaissance du plus grand nombre. Pendant un an, chaque consommateur est invité à se rendre sur le site Internet créé pour l’occasion, pour participer à l’enquête qui va permettre de dresser une carte de France du prix et de la qualité de l’eau.

Concrètement, il s’agit d’indiquer le montant de son abonnement hors taxes, le coût de l’assainissement et de la consommation, le total de sa facture, ainsi que la consommation d’eau en mètres cubes. Sans oublier le nom du gestionnaire et les dates de facturation. Une photo ou un scanner seront nécessaires pour valider l’ensemble des données.

Les résultats de cette grande enquête seront rendus publics le 22 mars 2012 à l’occasion du Forum mondial de l’eau, qui aura lieu à Marseille.

Les disparités d’une région à une autre peuvent avoir des raisons très concrètes. Les contraintes du relief, l’éloignement, la taille de la commune, le fait d’aller puiser l’eau dans une rivière ou dans une nappe phréatique, tout ceci influe sur le prix de revient du service.

Mais l’état du réseau est aussi un facteur non négligeable. Dans certaines communes, il est urgent d’investir pour rénover le réseau, ce qui n’est pas forcément le cas dans les communes limitrophes.

Le mensuel et la fondation réclament donc un investissement sur le long terme pour rénover les canalisations, dont l’état est jugé « catastrophique ». Ils s’inquiètent aussi de l’opacité de l’entretien et l’amortissement des compteurs d’eau, qui peuvent être source de surfacturation.

Mais c’est aussi un nouveau modèle économique pour le service public de l’eau qui est souhaité. Pour les partenaires de l’opération il faut une incitation à une baisse de la consommation, une « tarification adaptée aux plus démunis », et un prix différent selon que le l’usager est un particulier, un agriculteur ou un industriel.

Pour participer à cette grande enquête rendez-vous sur le site Prix de l’eau : opération transparence en partenariat avec 60 millions de consommateurs et France Liberté.

On termine par le rendez-vous que vous fixe Frequenceterre… Votre radio nature sera présente au Salon « Planète Durable, le salon de le consommation durable », du 31 mars au 3 avril, au parc des expositions, porte de Versailles, à Paris. Sur l’invitation de Féminin Bio, Fréquenceterre sera présent sur le salon et proposera des plateaux radio toute la journée, de 10h 30 à 19h. Retrouvez-nous tous les jours sur le salon pour des émissions en direct et en public. Et venez poser vous-même vos questions à nos invités.

The following two tabs change content below.
Philippe Boury
Au début des années 80, Philippe Boury s’est lancé, comme tant d’autres, dans l’aventure des radios libres. Il a ainsi participé, de la banlieue lyonnaise à la région parisienne, à la vie de radios militantes, ouvertes sur la société, soucieuses d’être le reflet de la vie locale, culturelle, politique et associative. Militant associatif lui-même, il a toujours souhaité mêlé ses engagements à sa passion de la radio. C’est donc tout naturellement qu’il a choisi de rejoindre l’équipe de Fréquence Terre, dont il partage les intérêts : survie de la planète, sensibilisation à l’écologie, information sur le développement durable.

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
Rubriques :
image-08-12-21-17-04-17-ok

Crise libyenne : l’’urgence de l’’eau

image-08-12-21-17-04-17-ok

De la Provence à la Gironde : des Agendas 21 en action

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire