9:14 - mardi septembre 27, 2016

Marchons vers l’école…!

Lu 616 fois Philippe Boury 0 réaction
image-11-10-09-16-05-38-ok

Renverser la logique du “tout automobile” au profit de modes de déplacements doux, c’est le principe de l’éco mobilité scolaire, une idée défendue par l’ADEME, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie…

Marche à pied, vélo, transports en commun… ces alternatives à la voiture peuvent redonner de la qualité de vie aux quartiers. En modifiant nos déplacements quotidiens entre le domicile et l’école de nos enfants, notre dépendance à l’automobile se voit ainsi un peu réduite.

En évitant d’avoir recours systématiquement à la voiture pour les trajets scolaires, nous agissons sur l’encombrement des abords des écoles, sur l’insécurité routière qui règne parfois dans ce périmètre, et diminuons de fait la pollution inhérente aux embouteillages matinaux des entrées d’école.

L’opération internationale « Marchons vers l’école », qui à lieu chaque année en octobre, offre l’occasion d’initier une démarche d’éco mobilité scolaire dans chaque école, avec les enfants. Ces journées de mobilisation invitent parents, enseignants et enfants à rejoindre l’école, seuls ou en groupe, à pied, à vélo, en car, en covoiturage…

Ce n’est pas une énième semaine imaginée comme une mode surfant sur la vague écolo… Marchons vers l’école puise ses racines d’une initiative danoise, datant de 1976 !

A l’époque, l’opération « Aller-retour sécuritaire pour l’école », vise alors à diminuer le nombre d’enfants victimes d’accidents de la circulation. Elle fait appel à des bénévoles pour accompagner les enfants.

15 ans plus tard, c’est le « walking bus », l’autobus pédestre, qui nait dans un coin d’Australie… Ce qui deviendra bien plus tard chez nous le « pédibus », essaime alors un peu partout… jusqu’à débarquer sur le continent américain où la première journée « I walk to school » (Je marche vers l’école) voit le jour à Chicago en 1997.

1 an plus tard, 16000 canadiens rejoignent l’opération…

Et c’est en l’an 2000 qu’a lieu la première journée internationale « I walk to school » en rassemblant 2,5 millions de piétons !

Aller à l’école à pied réduit la pollution, la circulation et a un impact positif sur la santé et la concentration des enfants…

Des écoliers qui marchent ou qui pédalent pour se rendre à l’école arrivent à l’heure et détendus. L’exercice favorise leur concentration et leur disponibilité intellectuelle.

Et en abandonnant la voiture matin et soir, ils sont moins directement exposés aux concentrations de polluants, très élevés dans les véhicules et aux abords des écoles.

L’éco mobilité scolaire, qui nécessite l’implication des parents, des enseignants et des collectivités, favorise aussi les rencontres, la convivialité et la solidarité.

C’est aussi l’occasion pour les enseignants d’intégrer à leur programme des problématiques de développement durable et de faire réfléchir les élèves sur la protection de l’environnement.

En initiant les enfants très tôt aux différents enjeux liés à l’éco mobilité scolaire, ce sont leurs habitudes de déplacements qui seront durablement modifiées.

« Marchons vers l’école », c’est donc par exemple le pédibus, qui dans certaines communes, effectue le ramassage scolaire d’un certain nombre d’enfants, une ou plusieurs fois par jour… un jour par semaine ou tous les jours selon les cas… Des arrêts disposés judicieusement permettent de récupérer les enfants inscrits. Ce sont des parents d’élèves ou des bénévoles qui assurent le ramassage au fur et à mesure de l’avancée de la petite caravane d’enfants.

Plus qu’une mode écolo, l’opération « Marchons vers l’école » réunit aujourd’hui plus de 40 pays et près de 4 millions d’enfants, marchant tous ensemble vers et pour une planète en meilleure santé !

Pour en savoir plus sur cette opération Marchons pour l’école, rendez-vous sur le site de l’ADEME ou sur les pages dédiés des délégations régionales de l’agence…

The following two tabs change content below.
Philippe Boury
Au début des années 80, Philippe Boury s’est lancé, comme tant d’autres, dans l’aventure des radios libres. Il a ainsi participé, de la banlieue lyonnaise à la région parisienne, à la vie de radios militantes, ouvertes sur la société, soucieuses d’être le reflet de la vie locale, culturelle, politique et associative. Militant associatif lui-même, il a toujours souhaité mêlé ses engagements à sa passion de la radio. C’est donc tout naturellement qu’il a choisi de rejoindre l’équipe de Fréquence Terre, dont il partage les intérêts : survie de la planète, sensibilisation à l’écologie, information sur le développement durable.

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
image-11-09-18-19-34-20-ok

Préserver la nuit

image-11-03-27-17-48-49-ok

La Fondation France Libertés fête ses 25 ans

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire