9:26 - dimanche septembre 25, 2016

Famines au Sud, Malbouffe au Nord : comment le bio peut nous sauver

Lu 451 fois Samuel Pécot 0 réaction
image-12-01-23-10-38-38-ok

En 2050, les neuf milliards d’humains pourront se nourrir…grâce à l’agriculture biologique. Celui qui l’affirme n’est pas un doux rêveur : c’est l’un des spécialistes mondiaux des questions agricoles qui a observé en France et dans le reste du monde le bon fonctionnement des systèmes agro-écologiques ; et les dysfonctionnements des systèmes « productivistes ». Depuis quarante ans, l’agronome Marc Dufumier observe et écoute les paysans du Nord et du Sud, et il est parvenu à cette certitude : ils sont, avec les consommateurs, les premières victimes d’un système devenu fou – notre agriculture exagérément spécialisée, mécanisée et « chimisée ».

Au Sud, un milliard d’individus meurent encore aujourd’hui de faim et la malnutrition provoque des flux migratoires toujours plus massifs.

Au Nord, la pollution des eaux ou l’érosion des sols menacent chaque jour un peu plus nos écosystèmes, et l’on retrouve dans presque tous nos aliments des doses de pesticides ou de résidus médicamenteux. Il est donc temps de changer de cap…à condition de savoir où aller.

Dans l’inconscient collectif, cette agriculture « moderne » reste pourtant la seule capable de nourrir la planète et de rémunérer correctement les paysans. Mais ce livre prouve que cette croyance ne résiste pas à l’épreuve du terrain.

En effet, Marc DUFUMIER (que nous avions interrogé le 8 juillet dans cette chronique – c.f lien ci-dessous) dresse un panorama complet, c’est-à-dire mondial, des désordres agricoles. Surtout, au-delà du constat, il montre qu’une alternative crédible est à l’oeuvre : l’agro-écologie. Parmi ses atouts : qualité des aliments, fixation des populations paysannes, respect de l’environnement et – contrairement aux idées reçues – garantie, voire amélioration, des rendements.

Pour lui il y a urgence : la mutation vers le bio prend du temps et les déséquilibres agricoles actuels vont aller en s’accentuant, avec des conséquences directes sur notre quotidien. Nous mangeons mal et abîmons nos campagnes parce que nos systèmes de production sont malsains. Nous subissons une forte pression migratoire aux frontières de l’Europe parce que le Sud n’arrive plus à fixer ses paysans dans les campagnes. Insécurité alimentaire, insécurité environnementale, insécurité géopolitique : il n’y a plus de temps à perdre pour remettre l’agriculture sur les bons rails.

Marc DUFUMIER l’affirme : le bio n’est pas un caprice de bobo ! C’est plus que jamais

la voie de l’avenir.

Famines au Sud, Malbouffe au Nord : comment le bio peut nous sauver

Éditions du Nil

Parution le 2 Février 2012 – 193 pages – 18 euros

Il est Il est l’auteur de quatre autres ouvrages :

– Agricultures africaines et marché mondial, Fondation Gabriel Péri, 2007 (épuisé)

– Agricultures et paysanneries des tiers mondes, Karthala, 2004

– Les projets de développement agricole, manuel d’expertise, Karthala, 1996

– Les politiques agraires, Collection Que sais-je ?, PUF 1986 (épuisé)

The following two tabs change content below.
Samuel Pécot
Chaque semaine dans la chronique TERRE RURALE - TERRE DURABLE, je donne la parole aux acteurs de terrain de l'environnement, qui font de nos territoires ruraux des territoires durables.

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
image-12-01-10-11-06-10-ok

Plus belle la vie pour les poules pondeuses depuis le 1er janvier ?‎

image-12-02-03-12-40-16-ok

Paul François, l’agriculteur qui a gagné son procès contre Monsanto

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire