4:02 - samedi octobre 1, 2016

Le vignoble du Val de Loire teste la confusion sexuelle pour lutter contre le ver de la grappe

Lu 491 fois Samuel Pécot 0 réaction
image-12-05-14-15-11-25-ok

Paul ROMARIE, Directeur de l’exploitation viticole au lycée Edgard Pisani à Montreuil Bellay (Maine et Loire) estime que former les jeunes générations aux métiers de la vigne passe obligatoirement aujourd’hui par l’apprentissage de techniques respectueuses de l’environnement.

Voilà pourquoi depuis 10 ans une partie des 11 hectares de vignes du lycée est conduite en bio et qu’il expérimente depuis 2 ans avec les futurs viticulteurs la lutte à base de capsules de phéromones contre le ver de la grappe.

Paul ROMARIE explique dans cette chronique la technique utilisée. Il s’agit d’empêcher de se reproduire, deux ennemis de la vigne, les papillons eudémis et cochylis, en faisant en sorte que mâles et femelles ne se rencontrent pas.

Inconvénient :

Surcout de l’ordre de 60 euros à l’hectare

Avantages :

– quantité et qualité de la récolte préservées

– pas de résidus d’insecticides dans le vin et le sol

– moins d’exposition aux pesticides pour les vignerons et les riverains

– pas d’impact sur les autres insectes, notamment les pollinisateurs (abeilles, bourdons..)

Pourquoi cette technique devrait se développer ?

– l’attente des consommateurs en vin naturel et de qualité est croissante. Selon Paul Romarie, « dans certaines régions sur les salons 8 consommateurs sur 10 demandent si le vin est bio »

– Les vignes, en France, représentent moins de 4 % de la Surface Agricole Utile (SAU), mais environ 20% de la consommation de pesticides et le plan ECOPHYTO nous impose de diminuer de 50% notre consommation d’ici 2018

– Ce sont déjà 60 % des vignes allemandes et 50 % des vignes en Suisse qui sont traitées avec cette technique.

– un deuxième fournisseur de capsules à phéromones arrive sur le marché et les prix vont très certainement devenir moins dissuasifs

La révolution écologique semble donc en marche dans le vignoble français !

The following two tabs change content below.
Samuel Pécot
Chaque semaine dans la chronique TERRE RURALE - TERRE DURABLE, je donne la parole aux acteurs de terrain de l'environnement, qui font de nos territoires ruraux des territoires durables.

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
image-12-05-10-14-34-55-ok

l’agroforesterie : arbres et cultures dans un même champ

image-12-05-24-10-45-04-ok

Le label « Notre village – Terre d’Avenir » récompense l’engagement local dans un agenda 21 !

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire