3:57 - mercredi septembre 28, 2016

Eau potable et assainissement : le bilan d’étape des Objectifs du Millénaire

Lu 644 fois Philippe Boury 0 réaction
image-08-12-21-17-04-17-ok

C’est en 2000 que les dirigeants de la planète se sont penchés sur le sort de l’Humanité. Lors de ce « Sommet du Millénaire », huit objectifs pour le développement ont été adoptés. L’un de ces objectifs était de réduire de moitié, d’ici à 2015, le pourcentage de la population qui n’a pas d’accès à un approvisionnement en eau potable ni à des services d’assainissement de base.

Actuellement, la moitié de la population des régions en développement ne bénéficie d’aucun assainissement, et l’approvisionnement en eau salubre reste un défi dans beaucoup d’endroits du monde.

Le combat pour une eau potable accessible par le plus grand nombre semblerait, selon l’ONU, en bonne voie. Dans la plupart des régions en développement, les objectifs pour 2015 devraient être atteints voir dépassés. Ils sont même une quasi réalité en Asie, en Amérique latine, aux Caraïbes et en Afrique du Nord.

C’est d’ailleurs en Asie du sud-est que les progrès sont les plus nets. L’accès à l’eau potable s’y est amélioré de près de 30% pendant la période 1990-2008, pour atteindre 86% de la population. En Afrique du Nord, c’est même 90% des habitants qui ont cet accès à l’eau.

La situation est toute autre en Afrique subsaharienne. Malgré une progression de 22% de la population couverte, sur la même période 1990-2008, seuls 60% des habitants sont desservis en eau potable.

Un constat beaucoup moins optimiste est à déploré en revanche pour l’Océanie, qui, avec une couverture de seulement 50%, n’a enregistré aucun progrès en 20 ans.

Il est à noter que c’est dans les zones rurales que la progression est la plus marquée. La couverture en eau potable y est passée de 60% en 1990 à 76% en 2008, comblant peu à peu l’écart avec les zones urbaines qui plafonnent depuis 20 ans à 94% de la population desservie.

Il reste tout de même à déplorer que cet accès à l’eau potable est freiné dans de nombreuses régions par les pollutions subies par les eaux souterraines. Les contaminations à l’arsenic comme au Bangladesh, ou celle au fluor, comme en Inde ou en Chine, représentent un grave péril pour les réserves en eau.

L’ONU souligne d’ailleurs qu’en dépit des efforts entrepris pour compiler des données mondiales sur la qualité de l’eau, il reste très difficile d’en mesurer le degré de sécurité.

Si l’accès à l’eau potable pour tous ne semble plus être un objectif irréalisable, il en va tout autrement en ce qui concerne l’accès à l’assainissement.

La planète n’atteindra pas la cible, en 2015, visant à diminuer de moitié le pourcentage de personnes dépourvues d’un assainissement de base.

On estime qu’en 2008, 2,6 milliards d’individus n’avaient pas accès à des installations sanitaires améliorées. Si cette tendance se poursuit, ce chiffre passera à 2,7 milliards d’ici 2015.

C’est en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne où la carence est la plus criante. 64% de la population d’Asie du Sud n’a pas accès à un assainissement de base. La proportion est de 69% en Afrique subsaharienne.

Si les plus grands progrès en termes d’assainissement ont eu lieu dans les zones rurales l’écart entre zones urbaines et rurales reste énorme dans la plupart des régions du globe.

Au-delà des constats de l’ONU sur ces objectifs du millénaire, le Programme des Nations Unies pour le développement et le Fonds pour l’environnement mondial financent des projets pour faire aboutir ces défis…

C’est ainsi que dans l’archipel du Vanuatu, dans l’Océan Pacifique, l’île d’Efaté a pu voir arriver l’eau courante. Jusqu’à présent, les habitants ne disposaient que de sources naturelles situées à plusieurs kilomètres du village. Mais la salinité de ces sources ne cessait d’augmenter en raison de l’augmentation du niveau de la mer. Une situation qui n’était pas sans risque pour la santé des villageois.

Désormais, ils peuvent venir s’approvisionner à l’un des 75 points d’alimentation qui ont été installés.

De l’eau potable et un assainissement de base pour chaque être humain : un défi que compte bien relever l’ONU comme l’ensemble de ses objectifs du millénaire pour le développement. C’est d’ailleurs le slogan de l’organisation qui scande qu’« éliminer la pauvreté d’ici 2015, c’est possible ! »

The following two tabs change content below.
Philippe Boury
Au début des années 80, Philippe Boury s’est lancé, comme tant d’autres, dans l’aventure des radios libres. Il a ainsi participé, de la banlieue lyonnaise à la région parisienne, à la vie de radios militantes, ouvertes sur la société, soucieuses d’être le reflet de la vie locale, culturelle, politique et associative. Militant associatif lui-même, il a toujours souhaité mêlé ses engagements à sa passion de la radio. C’est donc tout naturellement qu’il a choisi de rejoindre l’équipe de Fréquence Terre, dont il partage les intérêts : survie de la planète, sensibilisation à l’écologie, information sur le développement durable.

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
Rubriques :
image-12-05-13-13-17-21-ok

De l’or bleu sous le continent africain

image-07-07-04-22-51-45-ok

L’EAU DANS L’ESPACE URBAIN

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire