9:20 - lundi septembre 26, 2016

Classement des villes « vélo-amicales » : le vélo a le vent en poupe !

Lu 546 fois Philippe Boury 0 réaction
image-11-11-13-15-03-26-ok

Le vélo a de plus en plus le vent en poupe. Le nombre de ville lui accordant droit de citer est en évolution constante. Que ce soit en France, en Europe ou un peu partout dans le monde, le cycliste est de plus en plus considéré. Il a maintenant la possibilité de faire valoir cette alternative à la voiture dans les grandes métropoles.

Du vélo en libre service à l’aménagement de couloirs réservés, le deux-roues fait partie intégrante du paysage routier urbain.

Avec, il est vrai, des hauts et des bas. Si de grandes villes mettent réellement les moyens pour que les citadins utilisent régulièrement leur vélo, d’autres en sont encore à l’affichage, aux aménagements ponctuels, quelque peu timides, sans oser véritablement s’affronter à la toute puissance de la voiture.

Un classement vient d’être publié, à l’initiative d’une agence de communication danoise « Copenhagenize« .

C’est un top 20 des villes mondiales les plus « vélo-amicales ». L’agence danoise établi ce palmarès autour de 13 critères définissant un environnement où il fait bon rouler, où la pratique du vélo est facilitée.

Outre le discours d’intentions, le plaidoyer pour le deux roues, l’agence prend en compte les aménagements permettant de circuler à vélo, du plan de déplacement urbain à la possibilité de transporter son vélo dans les transports en commun – rampes, plate-forme dans les trains ou dans les bus par exemple.

Le développement du vélo partage ou vélo en libre service est aussi évalué, comme la progression de la part du vélo dans l’espace publique au fil des années.

Sans réelle surprise, c’est Amsterdam qui récolte tous les suffrages… La métropole néerlandaise est la capitale mondiale du deux-roues… Plus de 50% des déplacements urbains se font à vélo.

Deuxième du podium, Copenhague, très en pointe sur l’innovation et la promotion du deux-roues.

Troisième du palmarès : Barcelone… La capitale catalane, qui ne comptait quasiment aucun vélo en ville il y a à peine 5 ans, excelle maintenant dans bien des domaines. De nombreux investissements ont été consentis pour permettre l’émergence de ce mode déplacement doux, comme les pistes cyclables ou les zones 30 qui agrémentent le quotidien barcelonais.



La culture du vélo à Copenhague

La présence de Tokyo au pied du podium peut surprendre. La capitale japonaise fait figure de ruche, paradis de la voiture, et pourtant, la ville innove notamment par de nombreux parking à vélos un partout dans ses quartiers, mais aussi par une sensibilisation accrue des automobilistes en matière de sécurité. La prise en compte des deux-roues lors des déplacements quotidiens entre peu à peu dans les mœurs.

A la cinquième place, on trouve Berlin, où la part du vélo atteint 13% des déplacements, allant même jusqu’à 25% dans certains quartiers. Berlin se distingue notamment par le choix de nombreux couloirs cyclables, bien séparés du reste de la circulation.

Vient ensuite Munich, suive de peu par Paris, bien notée grâce au réseau des vélibs, fort apprécié par l’agence danoise. Le programme phare de la ville lui a donné quelques longueurs d’avance en ce domaine sur les autres capitales.

Citons encore dans ce classement Montréal, huitième, mais première ville nord américaine, où le culte du vélo est là aussi palpable.

La mexicaine Guadalajara, pourtant située à 1500m d’altitude, mais édifiée sur un plateau, arrive douzième…

Stockholm, Londres, San Francisco ou encore New York s’inscrivent également dans ce top 20… New York qui vient de lancer elle aussi son programme de vélos en libre service.

Si le classement de l’agence danoise peut paraitre restrictif voir subjectif, il a le mérite de mettre en exergue quelques bonnes pratiques de déplacements urbains. Il est aussi un formidable outil de promotion du vélo et peut inciter d’autres villes, grandes métropoles ou communes plus modestes, à prendre exemple sur ces initiatives et à se lancer dans l’aventure du deux-roues, bénéfique pour l’homme et la planète.

The following two tabs change content below.
Philippe Boury
Au début des années 80, Philippe Boury s’est lancé, comme tant d’autres, dans l’aventure des radios libres. Il a ainsi participé, de la banlieue lyonnaise à la région parisienne, à la vie de radios militantes, ouvertes sur la société, soucieuses d’être le reflet de la vie locale, culturelle, politique et associative. Militant associatif lui-même, il a toujours souhaité mêlé ses engagements à sa passion de la radio. C’est donc tout naturellement qu’il a choisi de rejoindre l’équipe de Fréquence Terre, dont il partage les intérêts : survie de la planète, sensibilisation à l’écologie, information sur le développement durable.

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
image-12-06-24-14-50-02-ok

Une avenue verte entre Paris et Londres

image-12-07-15-17-39-56-ok

Londres 2012 plus vert que vert !

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire