9:22 - samedi décembre 10, 2016

Faut-il faire confiance à tous les produits Bio ?

Lu 382 fois Gilles Soulhac 1 réaction

La bio se répand comme une traînée de poudre. Dans les champs, on recense une dizaine de conversions par jour tandis que les produits bio se multiplient dans tous les points de vente. Aujourd’hui, près de 31 000 opérateurs français sont engagés en bio et certifiés. À l’heure où la sécurité alimentaire est sur toutes les lèvres,

comment ses acteurs sont-ils contrôlés et quelles garanties offre la filière bio ?

The following two tabs change content below.
Gilles Soulhac

Gilles Soulhac

Gilles Soulhac est avant tout un passionné de la nature. Journaliste à Genève en Suisse, il est aussi membre des journalistes des nations unies. Sa situation géographique (ONU, OMS, CNUCED...) lui permet la rencontre avec des personnalités du monde de l'écologie, des scientifiques, décideurs et grandes ONG environnementales. Pour sa part, aujourd'hui dans les différents débats environnementaux, l'enjeu reste la transparence.
Gilles Soulhac

Derniers articles parGilles Soulhac (voir tous)


N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
Rubriques :

Les perturbateurs endocriniens : Kézaco ?

Co-Voiturage : et si vous vous lanciez ?

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Une Réponse à “Faut-il faire confiance à tous les produits Bio ?”
  1. Gil KRESSMANN
    # 23 juillet 2013 à 19:08

    Le procédures de contrôle des productions françaises sont très complètes mais la tentation d frauder est forte, surtout au niveau de la distribution de produits bruts comme les fruits et légumes puisqu’un changement d’étiquettes peut rapporter beaucoup d’argent: cf scandale Italien.
    Quant aux procédures de contrôle des produits importés, elles sont pratiquement impossibles à faire sérieusement. Or la grande distribution s’en est fait une spécialité.Il aurait été préférable de ne pas développer la production de bio pour en faire une production de masse et de lui laisser un statut de niche en réservant la vente de bio aux circuits courts.De plus la consommation du bio a tendance à stagner En poussant les agriculteurs à développer le bio plus vite que le marché, on leur fait courir de grands risques.

Laisser un commentaire