1:14 - dimanche décembre 11, 2016

Parlement européen et Corinne Lepage pour la COP19

Lu 632 fois Robot Automatique 0 réaction

La 19ème conférence des parties de la Convention cadre des Nations-Unies sur le changement climatique se tiendra du 11 au 22 novembre à Varsovie.

 

http://www.corinnelepage.eu/wp-content/uploads/2012/09/6910815679_83879a1e08.jpg

 
Le volet parlementaire se tiendra à partir du 18 novembre, la délégation du Parlement européen sera composée de :
Matthias GROOTE (S&D)
Karl-Heinz FLORENZ (EPP)
Peter LIESE (EPP)
Elisabetta GARDINI (EPP)
Romana JORDAN (EPP)
Kriton ARSENIS (S&D)
Dan JØRGENSEN (S&D)
Corinne LEPAGE (ALDE)
Bas EICKHOUT (Greens/EFA)
Tadeusz CYMAŃSKI (EFD)
 
Intervention de Corinne Lepage en séance plénière:

au nom du groupe ALDE . – Monsieur le Président, Madame le Commissaire, dans le rapport ou la partie de rapport qu’ils ont révélée le 27 septembre, les experts du GIEC ont, une fois de plus, attiré notre attention sur l’immense responsabilité qui était la nôtre.
Je partage tout à fait ce que vient de dire notre collègue Kriton Arsenis. Depuis Copenhague, nous avons fait, malgré les efforts, beaucoup de sur-place. Il est temps de passer, effectivement, à des propositions qui soient des réelles propositions concrètes pour préparer le sommet de Paris, car nous ne pouvons pas nous permettre un nouvel échec après celui de Copenhague.
Nous devons donc impérativement parvenir à une feuille de route précise et à un calendrier des engagements de réduction de toutes les parties d’ici à 2015, soit en 2014. Il est également nécessaire d’arriver, comme cela vient d’être proposé, à un brouillon de texte de négociation pour 2015 ainsi qu’à une structure pour le nouveau protocole. Si nous n’arrivons pas à avoir une espèce de cadre global à Varsovie cette année, cela veut dire que nous rendons très difficile un succès à Paris en 2015.
Je soutiens également la proposition qu’a faite M. Florenz, à savoir que nous allions vers des sanctions. Nous avons maintenant assez d’engagements qui ne sont jamais concrétisés, cette absence de concrétisation ne faisant jamais l’objet d’aucune sanction.
Par ailleurs, nous devons être ambitieux. Je demande en effet – c’est une demande personnelle, ce n’est pas une demande de mon groupe – que nous soyons très ambitieux dans nos demandes, avec un engagement de 50 % de réduction des émissions d’ici 2030. Cela signifie maintenir le niveau d’ambition qui a été le nôtre jusqu’à maintenant, et je dirais que c’est non seulement une nécessité pour le climat, mais aussi une nécessité pour l’économie.
Je rappellerai que notre facture énergétique s’élève à 400 milliards d’euros par an et qu’il est donc temps de sortir de la dépendance du CO2. Je dirai aussi que les grandes industries qui seront celles du XXIe  siècle sont précisément celles qui répondent aux exigences de la transition énergétique. Nous devons donc, nous, Européens, qui avons été les pionniers dans ce domaine, rester aussi des leaders industriels dans tous ces secteurs, dans lesquels, aujourd’hui, les pays du sud tentent de devenir des leaders mondiaux.
Je souhaiterais aussi rappeler que nous avons prévu, comme M. Florenz l’a dit, un fonds de 100 milliards et qu’il serait peut-être temps de dire comment on va le remplir, car à force, année après année, de se référer à des financements innovants – formule qui ne veut strictement rien dire et qui cache le fait que nous ne savons pas comment faire –, il serait peut-être temps de s’attaquer à ce sujet.
Enfin, je voudrais dire ici mon inquiétude de voir parmi les sponsors de la COP 19 des entreprises qui sont manifestement opposées à une réforme du système européen d’échange de quotas d’émission et à des politiques climatiques ambitieuses.
Je suis également inquiète de voir qu’en parallèle à la COP 19, le ministère polonais de l’énergie prévoit de lancer, avec l’association mondiale du charbon, un communiqué de Varsovie qui, sous couvert de promotion du charbon propre, ne ressemble à rien d’autre qu’à un appel à maintenir en place les énergies fossiles dans notre mix énergétique. Je pense que nous devrons être extrêmement vigilants.

Voir l’intervention sur le site du Parlement européen
http://www.europarl.europa.eu/sides/getVod.do?mode=chapter&language=FR&vodDateId=20131021-17:36:16-470
 
 
 
La conférence de l’ONU sur le climat doit ouvrir la voie à un accord mondial
SESSION PLÉNIÈRE Communiqué de presse du Parlement européen
La conférence de l’ONU qui rassemblera en novembre à Varsovie 192 pays prenant part au Protocole de Kyoto doit aboutir à la mise en place d’un calendrier pour un accord global et contraignant en 2015 à Paris, a estimé le Parlement dans une résolution adoptée ce mercredi. Il rappelle que l’UE est disposée à poursuivre l’objectif de réduction de 30% d’ici à 2020 si les autres principaux pays émetteurs s’engagent à viser des objectifs similaires.
 
 
"Les regards sont tournés vers le sommet de Paris en 2015, mais afin de parvenir à un accord climatique global et solide, la conférence de Varsovie est capitale. Elle va définir l’architecture et le calendrier du futur texte. Je pense que l’UE doit montrer l’exemple en rehaussant ses propres objectifs afin de faciliter un accord", a déclaré le président de la commission de l’environnement, Matthias Groote (S&D, DE), qui dirigera la délégation de parlementaires européens à la conférence à partir du 18 novembre.
 
Les députés soulignent que la conférence de Varsovie sera une étape clé pour définir les principes et le cadre du nouvel accord international d’ici la COP21, en 2015 à Paris. Un tel accord devra respecter l’objectif de réduction des émissions globales au-dessous des niveaux de 1990 d’ici à 2030, et prévoir la suppression progressive des émissions de carbone dans le monde d’ici à 2050. Ce protocole international juridiquement contraignant actuellement en cours de négociation dans la plate-forme de Durban doit être fondé sur les règles déjà convenues en vertu de la CCNUCC et du protocole de Kyoto et doit enrichir et perfectionner ces règles, indiquent-ils.
 
L’UE prête à aller au-delà des objectifs si elle n’est pas seule
 
Ils notent que l’UE est bien partie pour réduire ses émissions bien au-delà de l’objectif de 20% actuellement fixé, et rappellent qu’elle est disposée à poursuivre l’objectif de réduction de 30% d’ici à 2020 si les autres principaux pays émetteurs s’engagent à viser des objectifs similaires.
 
Les députés rappellent que les émissions de l’Union représentent environ 11 % des émissions mondiales. Les acteurs de l’industrie et les secteurs de l’énergie pourraient ajuster leurs ambitions à la hausse et accepter des politiques plus ambitieuses de lutte contre le changement climatique si d’autres économies mondiales faisaient preuve d’une plus grande ambition en réalisant des efforts similaires, ont-ils ajouté.
 
Ils soulignent la nécessité de déterminer un prix pour les émissions de carbone produites par l’aviation internationale et le transport maritime, lequel, outre la réduction des émissions, peut également permettre de générer des revenus.
 
Les députés notent que l’UE devrait réduire ses émissions via des politiques visant à stopper le développement de carburants non conventionnels intensifs en gaz à effet de serre tels que les sables bitumineux. Les subventions publiques soutenant le développement des carburants non conventionnels devraient être progressivement supprimées, selon le texte.
 
Un calendrier en 2013, des engagements en 2014, un accord en 2015
 
Les députés demandent qu’une décision fixant le calendrier et le processus d’engagement de toutes les parties soit prise par la COP de Varsovie dans le but d’énoncer des engagements en matière d’atténuation en 2014 et de les évaluer et de les réviser par la suite en 2015.
 
Ils estiment que le principal objectif doit être l’introduction d’un nouveau "pacte sur le climat" applicable à toutes les parties et impliquant aussi bien les pays industrialisés que les pays en développement. L’accord devra s’appuyer sur un système d’application et de mise en conformité solide.
Prochaines étapes
Du 11 au 22 novembre 2013, la 19e Conférence des Parties (COP19) à la convention cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC) se tiendra à Varsovie, en Pologne. Une délégation de députés de la commission de l’environnement sera présente. La motion de résolution a été adoptée par 524 voix pour, 120 contre et 14 abstentions.
 
Voir le texte voté au Parlement européen :
http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P7-TA-2013-0443+0+DOC+XML+V0//FR&language=FR
 
 
Contact François Damerval (cap 21)

The following two tabs change content below.
AVERTISSEMENT : Les communiqués de presse publiés dans cette rubrique ne sont pas rédigés par la rédaction de Fréquence Terre qui se dégage de toute responsabilité des propos qui sont tenus et rédigés par les tiers qui publient dans cette rubrique. Les informations contenues dans cette rubrique ne sont pas vérifiées par nos soins, vous pouvez toutefois nous signaler un contenu qui vous semblerait inapproprié en laissant un commentaire ou en nous contactant directement via notre formulaire de contact (accessible en bas de page).

Mots cléfs
N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
Rubriques :

Communiqué – concert didgeridoo – guitare classique

prev-next.jpg

Chiffres clés sur le climat : parution de l’édition 2014 du « Repères »

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire