7:19 - mercredi décembre 7, 2016

Déchets nucléaires-BURE/ et si l’enfouissement était une vaste escroquerie ?

Lu 670 fois Robot Automatique 1 réaction
image0014

L’affaire a secoué le landerneau début novembre. Plus de 10 ans après les premiers soupçons et après bien des péripéties, une expertise indépendante concluait qu’il y a bien un potentiel énergétique géothermique dans le sous-sol de Bure. Véritable séisme car une telle ressource rend caduque le projet d’enfouissement des déchets nucléaires. Aujourd’hui l’affaire prend de l’ampleur en amenant des questions de fond.

 

 

Règle fondamentale de sûreté

Surtout ne pas choisir un site d’enfouissement là où il y aurait une ressource géologique naturelle ! Edictée le 1er juin 1991, bien avant le choix du site de BURE, la « Règle fondamentale de sûreté » (dite RFS.III.2.f) du ministère de l’industrie était basée sur le bon sens, la sagesse : ne pas enfouir là où il y a un « trésor », que les générations à venir pourraient naturellement vouloir exploiter, ouvrant alors une boîte de pandore aux mille maux, la présence de la poubelle nucléaire souterraine ayant été oubliée (chacun sachant ce qu’il en est de la mémoire humaine).

 

Des arguments spécieux

Aujourd’hui, ceux qui ont des intérêts sonnants et trébuchants dans le projet d’enfouissement déclament que la règle en question s’applique pour une ressource « exceptionnelle ». Vraiment ? Voici ce qu’en dit exactement le texte : « Géothermie : les sites retenus ne devront pas présenter d’intérêt particulier » (annexe 3.1.5). L’esprit de la règle est des plus clairs : écarter tout risque. Et si une ressource géothermique ne présentait pas d’intérêt particulier dans un passé lointain, il en va tout autrement à l’ère de la transition énergétique, de l’indépendance recherchée, et de la maîtrise des coûts. En réalité, tout gisement géothermique se trouve déjà ressource « exceptionnelle », et le sera de plus en plus.
Quant à l’agence Andra, si elle affirme à présent que les deux projets sont compatibles, il suffira de rappeler que cette même agence se trouve être le promoteur du projet d’enfouissement. Parmi de nombreux autres, l’expert géologue du comité local d’information et de suivi de Bure (Clis) explique : « la compatibilité stockage/exploitation géothermique n’est pas en accord avec la définition initiale des contraintes à respecter pour l’établissement d’un stockage profond » (1). Simple principe de bon sens, de précaution.

 

Les questions de fond

 

< ![if !supportLists]>       < ![endif]>Avant le lancement du creusement de son « laboratoire souterrain » à Bure, pourquoi l’Andra n’a-t-elle pas vérifié la présence ou non de ressource géothermique ?

 

< ![if !supportLists]>       < ![endif]>Feu le géophysicien A.Mourot, ayant découvert des cartes indiquant une telle ressource, a demandé à plusieurs reprises à la fin des années 90 qu’un forage « profond, jusqu’au socle » (profondeur 1800 à 2000 m) soit entrepris. Pourquoi n’a-t-il pas été entendu, alors que seul un tel forage pouvait révéler les caractéristiques de la ressource géothermique ? Pourquoi, alors que l’agence a réalisé une ribambelle de forages (peu profonds) dans le secteur à cette époque ?

 

< ![if !supportLists]>       < ![endif]>Pourquoi l’Andra n’a-t-elle réalisé un tel forage profond qu’en 2007-2008, soit juste après la loi du 28 juin 2006, privant ainsi les parlementaires de données cruciales et alors que cette loi était primordiale puisqu’elle donnait le feu vert à l’enfouissement industriel ?

 

L’enfouissement, une vaste escroquerie ?

 

< ![if !supportLists]>       < ![endif]>Où l’affaire devient bien plus sérieuse : pourquoi malgré l’empilement d’organismes chargés d’évaluer et contrôler les démarches de l’Andra (CNE, OPECST, CLIS, HCTISN, DGEC, IRSN , ASN, DG…), pourquoi AUCUN n’a relevé ce pêché originel, cette tare fondamentale d’absence de forage profond ? et, ensuite, pourquoi AUCUN  de ces organismes n’a-t-il fait mention des caractéristiques géothermiques révélées par ce forage ? pot-aux-roses mis à jour uniquement par la ténacité du citoyen et géologue A.Godinot, puis de membres du Clis qui ont obtenu l’expertise du cabinet indépendant Géowatt AG

 

< ![if !supportLists]>       < ![endif]>Où l’affaire dépasse l’entendement : pourquoi l’organisme évaluateur en chef, l’IRSN, bras technique de l’ASN auto-proclamée « gendarme du nucléaire », a-t-il fait preuve de la même cécité ? pourquoi ? et pourquoi ne l’a-t-on pas entendu depuis la remise du rapport « explosif » (4 novembre) ? pourquoi a-t-il fallu la demande insistante du CEDRA pour que l’IRSN se fende enfin d’un longue note explicative (vendredi / 19H40) qui, si elle tente elle aussi de noyer le poisson (cf § « des arguments spécieux ») n’en fait pas moins cet aveu, DE TAILLE, sur les caractéristiques géothermiques  : « L’IRSN soulignait [en son rapport de 2003] la faible transmissivité supposée de l’aquifère, ce qui a été contredit par les résultats obtenus dans le forage ». Ainsi donc, le surveillant majeur de l’Andra lui a continuellement donné un blanc seing sur des données « SUPPOSÉES », sans aller voir ou demander la réalité des caractéristisques !

 

 

Arrivé à un tel stade, il devient URGENT de remettre à plat la politique de gestion des déchets du nucléaire (ici comme dans les autres pays concernés, eux aussi confrontés aux mêmes dérives)

Ici comme ailleurs, les populations bafouées, trahies, achetées, sont excédées, comme l’a amplement démontré l’explosion du ‘débat public’ dès son décollage

 

< ![if !supportLists]>(1)   < ![endif]>Compte-rendu du comité de liaison Clis/Andra du 25 novembre 2013

 

Pas comme ça, ni ici, ni ailleurs, mais autrement !

 

 

dessin PIEM.jpg

 

 

longCOUL2.jpg

Co-fondateur de Bure-Stop

Co-fondateur de la ‘Fédération Grand-Est STOP Déchets Nucléaires’

Membre du ‘Réseau sortir du nucléaire

Membre de la CRIIRAD

BP 17 – 52101 SAINT DIZIER Cedex – FRANCE

Téléphone-répondeur-fax : (33) 03 25 04 91 41 /  06 66 959 777

cedra.org@orange.fr / facebook

www.cigeout.com

www.villesurterre.eu www.stopbure.comhttp://pandor.at/www.burestop.eu

 

_________________________

 

The following two tabs change content below.
AVERTISSEMENT : Les communiqués de presse publiés dans cette rubrique ne sont pas rédigés par la rédaction de Fréquence Terre qui se dégage de toute responsabilité des propos qui sont tenus et rédigés par les tiers qui publient dans cette rubrique. Les informations contenues dans cette rubrique ne sont pas vérifiées par nos soins, vous pouvez toutefois nous signaler un contenu qui vous semblerait inapproprié en laissant un commentaire ou en nous contactant directement via notre formulaire de contact (accessible en bas de page).

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
Rubriques :
prev-next.jpg

Avis sur le projet de loi Biodiversité adopté à une large majorité

IMGP1185

Essai sur le foie gras

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Une Réponse à “Déchets nucléaires-BURE/ et si l’enfouissement était une vaste escroquerie ?”
  1. Prune
    # 18 décembre 2013 à 16:32

    Bonjour,

    toutes les réponses à ces questions sont disponibles sur :

    http://www.andra.fr/download/andra-meuse-fr/document/presse/2013-01-31_cp_andra_geothermie.pdf

    Dans son rapport n°4 de juin 2010, la Commission nationale d’évaluation (CNE) a abouti aux mêmes conclusions : « Le Trias de la région de Bure ne représente pas une ressource géothermique potentielle attractive dans les conditions technologiques et économiques actuelles. »

    En outre, l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) considère que « au regard des critères définis par l’ASN, le potentiel géothermique du secteur de Meuse/Haute-Marne n’est pas de nature à remettre en cause le choix du site d’implantation du projet Cigéo ».

    Par ailleurs, il est tout à fait possible de réaliser des projets de géothermie profonde dans la région en dehors de l’installation souterraine de Cigéo qui serait implantée, si elle est autorisée, dans une zone de 30 km². Par précaution, l’Andra a tout de même envisagé que l’on puisse exploiter le sous-sol au niveau du stockage et qu’une intrusion puisse avoir lieu. Les analyses ont montré que même dans ce cas, le stockage conserverait de bonnes capacités de confinement.

    Enfin, comme partout en France, la géothermie de surface (moins de 100 mètres de profondeur) permettant d’alimenter des maisons individuelles et des immeubles via des pompes à chaleur, est également réalisable localement. L’exploitation de ces ressources en surface serait aussi compatible avec Cigéo, même au droit des installations souterraines situées à environ 500 mètres de profondeur.

Laisser un commentaire