7:11 - jeudi décembre 8, 2016

Le préfet Poubelle

Lu 775 fois Jean-Louis Bresson 0 réaction
Malgré tout
Malgré tout

et après  ?

et après ?

Jean Louis Bresson pour Fréquence Terre :  » Le préfet Poubelle ». Le 7 mars 1884, sous la IIIe République, le préfet de la Seine, Eugène-René Poubelle signe un arrêté préfectoral relatif à l’enlèvement des ordures ménagères, pour lutter contre l’entassement des déchets dans les rues de la région parisienne1. Cet arrêté oblige les propriétaires parisiens à fournir à chacun de leurs locataires un récipient destiné à leurs ordures ménagères, et dispose que : « Dorénavant, les ordures ménagères seront ramassées par l’intermédiaire d’un récipient de bois garni à l’intérieur de fer blanc, de manière à ce que rien ne puisse s’en échapper. Ces récipients pourront également contenir des cendres chaudes sans risque d’incendie ».
L’arrêté précise la dimension des récipients (de 80 à 120 litres, moins de 10 000 g à vide), la présence d’un couvercle, d’une anse, etc. Après trois mois de délibérations, de travail en commissions, et malgré l’opposition des chiffonniers et hygiénistes2, et suite au vote du Conseil municipal de Paris le 22 février 1884, le Bulletin municipal officiel de la ville de Paris3 daté du 7 mars 1884 publie un nouvel arrêté intitulé « Enlèvement des ordures ménagères, Règlement », également signé par Eugène-René Poubelle, qui supprime la taille minimale des récipients et précise les modalités de leur utilisation. Le reste de la Préfet de la Seine suit progressivement.
Dès sa création, le tri sélectif est prévu dans trois « récipients » spécifiques4 :
• un « récipient commun » pour les « résidus de ménage » ;
• un « récipient spécial » pour les « débris de vaisselle, verre, poterie, etc. provenant des ménages »
• un « récipient spécial » pour les coquilles d’huîtres et moules.
Dès le 16 janvier 1884, Le Figaro critique la « boîte Poubelle » (avec une majuscule)5. Très rapidement, les « récipients » sont appelés poubelles6. Le mot entre dès 1890 dans le supplément du Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle.
Qu’avons-nous fait depuis le préfet Poubelle ? Nous avons pendant des décennies multiplié les raisons de remplir les poubelles, avec toujours plus de nouveaux emballages, des kilogrammes mensuels de papiers publicitaires. Nous achetons des produits dont les contenants sont à jeter. Plus de retour « bouteilles vides », plus de récipients personnels que nous entretiendrions par nous-mêmes…. Tout est sous cellophane et sous emballages couverts de publicités racoleuses et porteuses de messages devenus si nombreux qu’ils en sont parfaitement légaux tout autant qu’illisibles. ; dates de fraîcheur, d’emballage, limites d’utilisation et dates de péremption….. Il faudrait aussi décrypter les contenus chimiques, les tolérances et les normes européennes… Fatigué d’acheter sa nourriture en s’adressant aux étiquettes et en surveillant sans cesse les dates, les prix et les marques….. le consommateur, même averti, fait « tourner la machine du « toujours plus »….. toujours plus de déchets à traiter après consommation. Alors, Monsieur le Préfet Poubelle….. vous en seriez, si vous étiez toujours parmi nous, à vous demander si tout cela est bien sérieux. Car à votre époque, qui n’était pas que de velours….. vous n’aviez qu’à traiter des déchets ménagers. Nous avons, nous, à traiter des déchets provoqués, institutionnalisés, rationalisés, et ……. Ce n’est pas le fabricant ou le distributeur qui paiera….. c’est juste VOUS…. Vous et moi…..

The following two tabs change content below.
Jean-Louis Bresson

Jean-Louis Bresson

"Guillaume vivait sur ses terres, il y a bien longtemps de cela dans la région de Montpellier, dit-on....! " Un livre est à paraître qui sera signé Guillaume BRESNET et qui fera narration d'une belle rencontre contemporaine, entre deux êtres que tout séparait jusque là : entre un homme d'aujourd'hui ( car nous sommes en 2015 au début de l'histoire ) et son lointain ancêtre GUILLAUME qui vécut lui, au XVIème siècle .... oui, au XVIème siècle, c'est ce qui se dit, ici ou là! Est-ce une rumeur ? Où est la vérité ? Souvent on dira qu'on ne le sait pas ou qu'on ne veut pas le savoir. Il est vrai qu' Au nom de la TERRE, on dit parfois n'importe quoi..... n'est-ce pas ? Et vous, qu'en pensez-vous ? Cordialement, Jean Louis Bresson/ ici17@free.fr / http://frequenceterre.com //
Jean-Louis Bresson

Derniers articles parJean-Louis Bresson (voir tous)


N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
Rubriques :
Pourquoi ?

Déchets ménagers

une association d'usagers s'est constituée

Cent mille tonnes de déchets

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire