10:53 - samedi octobre 1, 2016

Journal de l’environnement: écotaxe, et si la Bretagne changeait son agriculture

Lu 784 fois Grégory Lesca 3 réactions
Journal de l'environnement
L'actualité de l'environnement à travers la presse papier et web

Dans l’actualité de l’environnement cette semaine, c’est bien sûr l’écotaxe qui domine les débats. La colère des agriculteurs et des industriels bretons ne faiblit pas contre le projet. Gauche et droite se rejettent la faute mutuellement. Et le débat vire à la polémique. Au grand dam de Nicolas Hulot qui dénoçait cette semaine sur RTL  un « extraordinaire gâchis ». « Qui a rappelé, s’indignait l’envoyé spécial pour la protection de la planète… qui a rappelé  au moment de l’écotaxe que l’une de ses vertus était que ça permettait de relocaliser une partie de l’économie ? Personne »
Relocaliser mais aussi changer de système de production. Car les agriculteurs sont de plus en plus asphyxiés par les charges. Terra Eco.net en donne la preuve en trois chiffres: plus de 2 millions de tonnes de soja importées chaque année en Bretagne pour nourrir les animaux d’élevage. Soit « presque la moitié des importations françaises ».
Une consommation énergétique deux fois supérieure à la moyenne nationale et des nitrates en abondance: deux fois plus que la moyenne française selon le site. Pourtant une autre agriculture est possible en Bretagne.
En voici deux exemples: le CEDAPA, Centre d’étude pour un développement agricole plus autonome. Fondé il y a une trentaine d’années ce regroupement d’agriculteur s’emploie à produire en consommant le moins d’énergie possible, explique Terra Eco.net. Ainsi le maïs importé est délaissé au profit de l’herbe pour nourrir les vaches. Le trèfle est préféré à la luzerne comme complément alimentaire et les déjections de ces dames remplacent idéalement l’engrais. « Selon les estimations du Cedapa, l’agriculteur peut réduire sa consommation d’engrais de 80% et sa consommation d’énergie de 30% à 50% mais aussi ses achats de nourriture de 50%. »
L’autre structure, le FR CIVAM, fédère les acteurs de l’agriculture durable et solidaire en Bretagne. Sa doctrine, nous dit novethic.fr: « plutôt que de produire des produits bas de gamme où la concurrence est trop forte, il faut chercher à faire ce que les autres ne font pas. Par exemple, pour la production laitière biologique, l’aspect bio permet d’avoir un produit mieux vendu. » Mais ces initiatives aussi louables soient-elles sont encore rares.

C’est un triste classement que viennent de publier le Blcksmith institute et Green Cross, la Croix verte internationale. La liste des 10 sites les plus pollués au monde. Un classement établi depuis 2007 et qui recense, nous dit Le Monde, les lieux « où l’impact sanitaire de pollutions d’origine industrielle est le plus important. En bonne position figure le site nucléaire de Tchernobyl en Ukraine. En Afrique, c’est Ag Bog Bloshie au Ghana qui remporte la palme. « La poubelle de l’Europe », écrit le Figaro. C’est là en effet qu’arrivent tous nos déchets électroniques et électroménagers pour y être démontés à raison de 192.000 tonnes par an.
On trouve aussi en vrac des rivières polluées au Bangladesh, en Indonésie, en Argentine ou encore au Nigéria, des sols contaminés par l’activité mnière en Russie et en Zambie ou des produits chimiques enterrés en Russie. Le tableau n’est malheureusement pas réjouissant et ce ne sont là que les 10 pires endroits.

The following two tabs change content below.
Grégory Lesca
Journaliste amateur d'actualité d'environnement et de voyages, j'ai mis ces trois passions au service de Fréquence Terre.

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
blogpartenaire-larzac.blogs.liberation.fr

Solidarité entre les mondes paysan et ouvrier

http://www.lelotenaction.org/

Solidarité au Larzac

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

3 Réponses à “Journal de l’environnement: écotaxe, et si la Bretagne changeait son agriculture”
  1. EDEN 22
    # 24 janvier 2014 à 22:24

    Toujours la meme rengaine sur les Bretons et leur agriculture: il y a longtemps que beaucoup d’agriculteurs ont changés leur façon de faire:on fait du label du bio, du terroir de l’authentique ect ect……….Les nitrates sont aujourd’hui en dessous des normes mais bien sur il ne faut pas le dire.
    Avec la pression des fanatiques écolos les productions animales baissent fortement en Bretagne,et notre savoir-faire disparait; que mangerons nous demain ? du porc chinois et brésilien ,du poulet magrebin cela a déjà commencé et nous ne controllerons plus rien.
    Merci à tous, le boulot fout le camp et demain nous vivrons de subventions , d’aides ,nous rejoindrons l’armée des assistés (presse écrite et télévisée comprise) .La richesse produite par le privé va disparaitre et le public suivra car il ne sera plus alimenté…….Le chaos arrive

    Un petit mot sur l’ecotaxe:une vaste fumisterie avec suspicion de magouille et corruption(voir le roman noir de l’ecotaxe de médiapart)
    Aucun projet de ferroutage ou de développement fluvial n’existe en Bretagne ,c’est d’ailleurs impossible;nos parasites écolos n’ont meme pas pensés ,par exemple,sur le chantierTGV jusqu’à Brest de transporter les traverses par wagon; non ce sont les camions qui les remontent de Tours :c’est un comble.
    Tout ce qui les intéresse c’est de taxer par n’importe quel moyen encore et encore pour boucher leur trous ?l’argent de l’ecotaxe n’aurait servi qu’à cela.

    RAS LE BOL des inconscients et des incompétents.

Laisser un commentaire