12:40 - samedi octobre 1, 2016

Préserver l’eau : en vacances aussi (rediffusion)

Lu 986 fois Philippe Boury 0 réaction
goutte d'eau

Même en vacances, préserver l’eau reste vital.

Mine de rien, l’été pointe son nez.
Malgré une météo capricieuse qui a plutôt tendance à nous faire croire que nous sommes en plein mois de mars, les premières chaleurs nous le confirment : les vacances ne sont plus très loin.
Et pour ceux qui en ont la possibilité, ces vacances seront synonymes de changement d’air.
Partir, s’évader du quotidien, découvrir d’autres horizons.
Et comme à chaque fois que nous nous échappons de notre routine habituelle, certaines habitudes ont tendance à être mises de coté.
Comme celles qui, tout au long de l’année, nous ont fait prendre soin de notre environnement.

Alors, même loin de notre domicile, adoptons les mêmes gestes qu’à la maison. Des gestes responsables pour préserver la nature en général, et notre ressource d’eau en particulier.
Tous les jours, surveillons notre consommation d’eau et faisons attention à ce que nous déversons dans nos canalisations.

Commençons déjà par rappeler que nous consommons en moyenne 137 litres d’eau par jour, soit l’équivalent d’une baignoire entière ! Sur ces 137 litres, 40 % sont utilisés pour notre toilette, 20% partent dans les sanitaires et 13% servent à laver notre linge. Seulement 7% de cette consommation passent dans notre alimentation.
Que ce soit chez soi ou sur notre lieu de vacances, la chasse aux fuites fait parti des attentions à avoir. Le simple goutte à goutte d’un robinet peut représenter 100 litres d’eau perdus par jour, et la chasse d’eau qui coule toute la journée peut engloutir jusqu’à 600 litres en 24h. Pour limiter les fuites, une chasse à tous les joints défectueux s’impose.

Le matin, même s’il peut-être agréable de se prélasser dans un bon bain, le bilan consommation de ce moment de détente est peu reluisant. Ce confort nécessite entre 120 et 200 litres ! Alors que sous la douche, seulement 50 litres d’eau sont nécessaires à condition bien sur de ne pas y rester des heures ! D’autant que, si l’on est en camping, on risque aussi d’agacer nos voisins qui vont faire la queue et découvrir que le ballon d’eau chaude des sanitaires collectifs est vide. D’où une surconsommation d’électricité ou de gaz pour le propriétaire, qui, l’an prochain, n’hésitera pas à augmenter la facture pour couvrir notre inconséquence.

Pour la vaisselle, soyons organisés. A la main, mieux vaut remplir les bacs méthodiquement pour le lavage et le rinçage au lieu de laisser se déverser ce gros filet d’eau… La vaisselle n’en sera pas moins propre. Et si l’organisation de l’évier n’est pas notre fort, laissons faire le lave-vaisselle s’il y en a un à disposition. Une vaisselle à la main d’environ 12 couverts requiert 30 à 80 litres d’eau, selon son organisation, tandis que le lave-vaisselle consomme seulement de 15 à 19 litres d’eau, à condition d’être mis en route en pleine charge.

Le coup de frais à la voiture n’est pas nécessaire pendant ce repos estival. Mais si l’envie irrépressible nous prend de lui faire sa toilette, allons dans les stations de lavage. Ce ne sont que 60 à 110 litres d’eau qui seront utilisés contre 200 litres pour un lavage maison, à moins d’être très doué. Mais là, il y a le risque de déverser les produits lessiviels dans les égouts. Ce qui n’est pas du meilleur effet !

Voilà pour la partie consommation. Reste à veiller à ce que nous déversons dans les canalisations ou les égouts.

Les produits toxiques, phytosanitaires, les restes de peinture ou les huiles de vidange sont un poison pour l’environnement. Pour nos travaux d’été, pensons à rapporter les restes de produits à la plate forme de recyclage plutôt que de les vider dans notre évier.
Ne pas se débarrasser non plus des médicaments dans les WC ou dans la poubelle. Relâchés ainsi dans la nature sans traitement, les médicaments bouleversent l’écosystème. Rapportons-les chez le pharmacien.
Et d’une manière générale, ne confondons pas les WC avec une poubelle. Mégots, serviettes hygiéniques, applicateurs de tampon en plastique, préservatifs, sont la plaie des fosses sceptiques et perturbent le bon fonctionnement de la station d’épuration.

Et évidemment, lors de nos balades pendant ces vacances, il nous faut veiller à ne rien jeter dans les rivières, sur le bord du chemin ou à la plage…  Ni papier, ni nourriture, ni canette, ni toutes sortes de polluants.

Beaucoup d’autres petits gestes « éco-responsables » existent.
En adoptant quelques bons réflexes au quotidien, on soulage notre porte monnaie tout en préservant notre ressource vitale en eau.

Pour aller plus loin :

  • D’autres astuces pour économiser l’eau
The following two tabs change content below.
Philippe Boury
Au début des années 80, Philippe Boury s’est lancé, comme tant d’autres, dans l’aventure des radios libres. Il a ainsi participé, de la banlieue lyonnaise à la région parisienne, à la vie de radios militantes, ouvertes sur la société, soucieuses d’être le reflet de la vie locale, culturelle, politique et associative. Militant associatif lui-même, il a toujours souhaité mêlé ses engagements à sa passion de la radio. C’est donc tout naturellement qu’il a choisi de rejoindre l’équipe de Fréquence Terre, dont il partage les intérêts : survie de la planète, sensibilisation à l’écologie, information sur le développement durable.

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
Rubriques :
Bhoutan - © Christian SCHOETTL

Planète Durable – Préserver les peuples autochtones c’est préserver les cultures de la planète

Guillaume Gérault

Planète Durable – Guillaume Gérault, spécialiste des huiles essentielles et de l’aromathérapie

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire