4:09 - mardi septembre 27, 2016

Le scooter électrique est-il une alternative crédible ? (rediffusion)

Lu 8006 fois Jean-Brice Sénégas 3 réactions
scooter-electrique-bmw

Comment se fait-il que le scooter électrique n’a pas encore envahi la France ?

L’Asie vit actuellement un véritable boom de ses ventes, la Chine est déjà le leader mondial du secteur.

Taiwan a même sauté sur l’occasion en favorisant l’achat de ces deux roues électriques avec une subvention pour les particuliers et les entreprises.

Mais alors que tout porte à croire que le scooter électrique dépasse largement en termes de développement durable le scooter classique à essence, pourquoi la France semble-t-elle une fois de plus à la traîne dans ce domaine ?

Chaque année, plus de 200 000 immatriculations de scooter sont enregistrées dans l’hexagone, contre 20 millions de deux-roues vendus dans l’empire du milieu annuellement.

Il est donc plus facile de lancer un modèle à Pékin qu’en France, sous peine de se casser les dents très rapidement si ledit modèle ne trouve pas sa clientèle.

Deux marchés complètement différents donc, c’est certain.

Mais les habitudes des consommateurs peuvent changer. J’en veux pour preuve l’image du Chinois à vélo se fissure peu à peu, puisque les bicyclettes tendent à disparaître des plus grandes villes au profit des scooters électriques.

La France serait-elle incapable d’une telle révolution culturelle ?

L’état français avait bien donné un coup de main financier pour l’achat de scooters électriques mais la crise est passée par là, et il a jeté l’éponge en 2009.

Aujourd’hui, une poignée de villes et collectivités commencent à reprendre le flambeau de la circulation douce.

Maintenant regardons d’un peu plus près ce qui est proposé en France ? Sur le podium du deux roues-vert, on trouve principalement 3 scooters : ce sont l’EC 03 de Yamaha, le Peugeot E vivacity et l’e-mo de Matra.

Les constructeurs se tournent vers les 50 cm3 pour une question notamment de poids, puisque le Peugeot pèse déjà près de 120kg à vide.

Equipés de batteries lithium-ion, il vous faudra entre 6 et 10h pour les recharger, pour une autonomie allant de 20 à 50km à environ 45km / heure de moyenne.

Côté pratique, c’est la mauvaise nouvelle, les batteries ne sont pas amovibles, il faut donc avoir accès à une prise de courant pour les recharger.

D’un point de vue de conduite, dans un test comparatif entre électrique et thermique réalisé par notre confrère du nouvel obs Jean Michel Lainé, on apprend que s’ils galèrent encore un peu en cote, les scooters électriques offrent un confort de conduite tout à fait acceptable en ville.

Coté portefeuille maintenant, le prix d’achat se situe à 1800 euros pour le EMO de Matra, 2500 euros pour le EC-03 de Yamaha et 4000 euros pour le E vivacity de Peugeot en modèle standards de base.

Ils sont vite amortis par un prix d’entretien imbattable et un prix du plein pour 50km qui tourne autour de 50cents.

Mais est-ce vraiment plus écolo ? En termes d’émission de CO2 pour 100km, là encore, la balance pencherait pour le scooter électrique.

Et pour que la comparaison tienne, il faut comparer les émissions nécessaires à la production des carburants et de l’électricité, et une fois de plus, l’aiguille verte pointe vers l’électricité, même en dehors des pays équipés en centrales nucléaires.

L’alternative proposée par le scooter électrique a l’air crédible même s’il faudra encore compter sur des améliorations techniques pour en faire le compagnon indispensable de l’utilisateur urbain.

Mais à l’inverse de la voiture électrique, le marché qu’il représente intéresse véritablement les fabricants français.

image-11-05-30-13-45-30-ok

The following two tabs change content below.
Jean-Brice Sénégas
Responsable du secteur mobilité de Fréquence Terre

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
9782253150657-T

Les conseilleurs et la vérité (3)

ekyog

Planète Durable – La mode éthique façon Ekyog

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

3 Réponses à “Le scooter électrique est-il une alternative crédible ? (rediffusion)”
  1. coulon
    # 27 avril 2016 à 15:59

    Juste une question en montent quelle vitesse et limites de poids jabitte en Auvergne là il y a de elle monté

  2. Laurent CASTANIER
    # 17 novembre 2014 à 19:07

    Vive l’électrique, le vélo et la marche à pied !
    Les détracteurs de l’électricité (qui plus est à 75% nucléaire chez nous) préfèrent sans doute se déplacer en voiture ou moto « pétrolisantes » (55 milliards d’€ importés + le charbon, le gaz, les « agro carburants », soit l’essentiel des 90 milliard de déficit de notre balance commerciale) et pas mal de gaz à effet de serre et de morts pour l’exploitation des énergies carbonés (la dernière : 350 dans une explosion sur une mine de charbon en Turquie) …
    La meilleure des énergies (toute activité humaine à des avantages et des inconvénients) est celle que l’on n’utilise pas !
    Marchez à pied ou à vélo : c’est bon pour l’environnent … et la santé !
    Pour aller plus loin ; le moins pire, c’est bien l’électricité « nucléaire » …

  3. # 11 juillet 2014 à 18:43

    super !!!
    VIVE LE NUCLÉAIRE !!
    On sait très bien s’en protéger, n’est-ce pas ?
    Alors, pas d’hésitation ! Tchernobyl, Fukushima ? Mais, c’est pas chez nous !
    La France, avec ses 58 centrales nucléaires est très bien placée pour fournir une électricité pour recharger les batteries, SANS RISQUE ! BIEN SÛR.
    « Ça n’arrive que chez les autres. Quel rabat-joie, cette bonne femme. »
    Que voulez-vous, j’aime mes frères et soeurs. C’est triste d’en être encore là…
    Nicole Sarah

Laisser un commentaire