4:00 - mercredi septembre 28, 2016

Les phoques : des auxiliaires scientifiques sans rancune !

Lu 1571 fois Daniel Krupka 3 réactions
(C) INSU/ CNRS
(C) INSU/ CNRS

L’homme est le responsable du réchauffement climatique qui crée de substantiels  changements sur la planète avec un impact très important sur les pôles. C’est d’ailleurs aux pôles et en antarctique particulièrement que sont conduites des études  sur le réchauffement climatique et sur la compréhension du comportement de l’Océan Austral face à ces changements.

Les victimes du réchauffement sont évidemment les espèces présentes qui ont la nécessité de s’adapter à un environnement changeant. Alors pourquoi ne pas collaborer avec ces victimes du réchauffement climatique  pour mieux comprendre les incidences de nos  erreurs !

C’est ce qu’a réalisé une équipe internationale, impliquant des chercheurs de 8 pays différents, dont des chercheurs français pour  collecter des données  dans un vaste secteur de l’océan Austral en utilisant des phoques antarctiques équipés de balises océanographiques. Et  La contribution de ces nouvelles données est très importante pour  la compréhension du comportement de l’océan Austral.

Un grand merci aux phoques ! Ils ont permis de pallier aux manques de mesures dans les zones australes  et en période  hivernale, dans des conditions qui,  jusqu’ici ne favorisaient pas les relevés,  les recherches et les simulations faites  par la communauté scientifique.

Il faut comprendre que les mesures comprennent des relevés de conductivité, de salinité,  de température et de profondeur   sur des géographies importantes. Pour les réaliser, il faut mettre en œuvre soit des navires océanographiques conventionnels au coût élevé mais  qui ne permettent pas de garantir l’accès aux zones de glace de mer pendant les mois hivernaux, soit déployer des balises dérivant au grès des courants qui sont une bonne alternative aux navires mais  qui ne sont pas plus efficaces dans les zones en glaces.

La solution ? Utiliser les populations  locales ! c’est-à-dire les phoques antarctiques  et tout particulièrement  les éléphants de mer, qui plongent continuellement  et longtemps , durant 25 min en moyenne, et parfois jusqu’à 80 min et également à de grandes profondeurs ( entre 400 et 800 m, et jusqu’à près de 2000 m) en les équipant de balises spécifiques. C’est ainsi que 349 éléphants de mer, ont été équipés d’une nouvelle génération de balises  sur la période 2004 – 2010.Plus de 165 000 profils de température et salinité ont ainsi pu être collectés sur l’ensemble de l’océan Austral grâce à ces animaux qui nous offrent la  principale source de données océanographiques pour la zone de banquise antarctique pendant les mois hivernaux.

Une coopération gagnant/gagnant qui devraient nous forcer à être encore plus reconnaissant  envers cette nature qui nous offre même des auxiliaires  pour trouver des solutions à nos émissions carbonées !

The following two tabs change content below.
Daniel Krupka
Daniel Krupka, Plongeur, écovolontaire pour «the Changing Oceans Expedition » de la Fondation Antinéa, membre de differentes ONG oeuvrant pour la préservation et la protection des Océans, il vous fait partager les enjeux et les menaces qui pèsent sur les océans, mais aussi les solutions individuelles ou collectives pour leur préservation au travers d’enquêtes et de rencontres insolites. En Novembre 2015, il est assisté pour les interviews par Maud SARANO, jeune journaliste en radio et presse écrite, passionnée par l'environnement et la mer.

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
http://www.apicultors.com

Apiculteur itinérant

SIVENS

Barrage de Sivens : qui décide quoi ?

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

3 Réponses à “Les phoques : des auxiliaires scientifiques sans rancune !”
  1. # 4 mars 2014 à 08:41

    Juste pour info, on vous signale une petite erreur dans le texte du 1er paragraphe : réchauffement informatique au lieu de climatique 😉

    Cdt,

    • fred
      # 4 mars 2014 à 11:31

      merci pour votre vigilance. C’est corrigé. Cordialement.

Laisser un commentaire