9:18 - mardi septembre 27, 2016

Barrage de Sivens : qui décide quoi ?

Lu 1126 fois Jean-Louis Bresson 1 réaction
SIVENS
SIVENS

Barrage de Sivens : qui décide quoi  ? Un élu de la République se désolidarise et il nous explique pourquoi. Oui, il a voté pour des études et des réalisations de réserves d’eau. mais son vote comportait des préalables pour ne pas dire des conditions. Les projets de barrage ne devaient pas empiéter sur des zones remarquables à fort enjeu patrimonial, dont les zones humides  et c’est le cas pour Sivens . Ces mêmes projets devaient être pensés au profit d’un modèle agricole, respectueux du milieu et des eaux tant sur le plan qualitatif que quantitatif. Il ne s’agissait donc pas de participer à la dévastation des équilibres. Il s’agissait bien d’un financement public pour lequel les élus se sont exprimés clairement et il y avait des préalables. Ils n’ont, semble t-il, pas été respectés. C’est ce que nous indique Benoît Biteau, vice président du Conseil Régional Poitou Charentes et Administrateur de l’Agence de l’Eau Adour – Garonne. Le conseiller régional Benoît Biteau a lui-même écrit puis voté ces préalables, comme ses collègues de l’Agence Adour Garonne.
Selon Benoît Biteau, des financements étaient attendus et ils devaient être utilisés dans un temps donné, ou être perdus. Le Conseil Général du département concerné a donc autorisé le début des travaux. Ce serait là, l’erreur et le début des dérapages sur ce dossier. Au-delà des personnes concernées par les décisions à prendre, n’y aurait-il pas un problème avec la complexité du système décisionnel sur de tels dossiers  ? C’est une question que l’on peut se poser au-delà de la recherche de responsabilités plus individuelles. Les dates limites de financement ne pouvaient-elles pas être simplement repoussées en attente des dernières décisions à prendre sur les préalables  ?

Dans les temps à venir et sur tous les sujets liés à la gestion de l’environnement, la question se posera à nouveau. Quelque soit notre positionnement sur tel ou tel sujet, il nous faudra tous apprendre à mieux gérer de telles situations. Car enfin, il s’agit bien de notre avenir commun qui se dessine ainsi et qui n’exige pas que la violence soit la réponse aux problèmes rencontrés.

 

The following two tabs change content below.
Jean-Louis Bresson

Jean-Louis Bresson

"Guillaume vivait sur ses terres, il y a bien longtemps de cela dans la région de Montpellier, dit-on....! " Un livre est à paraître qui sera signé Guillaume BRESNET et qui fera narration d'une belle rencontre contemporaine, entre deux êtres que tout séparait jusque là : entre un homme d'aujourd'hui ( car nous sommes en 2015 au début de l'histoire ) et son lointain ancêtre GUILLAUME qui vécut lui, au XVIème siècle .... oui, au XVIème siècle, c'est ce qui se dit, ici ou là! Est-ce une rumeur ? Où est la vérité ? Souvent on dira qu'on ne le sait pas ou qu'on ne veut pas le savoir. Il est vrai qu' Au nom de la TERRE, on dit parfois n'importe quoi..... n'est-ce pas ? Et vous, qu'en pensez-vous ? Cordialement, Jean Louis Bresson/ ici17@free.fr / http://frequenceterre.com //
Jean-Louis Bresson

Derniers articles parJean-Louis Bresson (voir tous)


N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
5/5 - 2
You need login to vote.
(C) INSU/ CNRS

Les phoques : des auxiliaires scientifiques sans rancune !

article-2535974-1A7FC9E100000578-56_634x347

L’eau en musiques

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire