4:06 - samedi octobre 1, 2016

Sud Eau Nord Déplacer

Lu 3268 fois Philippe Boury 1 réaction
© zeugmafilms
© zeugmafilms

« Sud Eau Nord Déplacer« , c’est un documentaire d’Antoine Boutet qui sort en salle ce mercredi 28 janvier. « Sud Eau Nord Déplacer », c’est la traduction littérale de « Nan Shui Bei Diao », le plus grand projet de transfert d’eau au monde, entre le sud et le nord de la Chine.

Un projet un peu fou, imaginé il y a plus de 60 ans, dont les travaux, démarrés en 2002, vont se poursuivre jusqu’en 2050. Une démesure que dénonce Jean-Luc Touly, le responsable Eau à la fondation France Libertés.

« Ce projet pharaonique, qui traversera plusieurs milliers de kilomètres, dépasse plusieurs projets aussi pharaoniques… Le transfert de l’eau de Vancouver, au Canada jusqu’en Californie, pour arroser la Californie et Las Vegas. Il y avait le projet fou au Chili de couper un glacier en deux… Le projet d’amener un iceberg du Pôle Sud jusqu’au les côtes du Chili. Autant de projets déments qui pourraient rappeler d’autres projets en France qui ne tiennent pas compte de l’avis des usagers. Que ce soit en France ou ailleurs, on prend la solution la plus couteuse, la plus terrible pour les populations et l’environnement et qui apporterons beaucoup de problèmes économiques derrière. »

© zeugmafilms

© zeugmafilms

Pour répondre à l’urgence d’autres solutions existent, moins couteuses et ayant moins d’impact sur l’environnement. Leur multiplicité pourrait pourtant être aussi efficace qu’un seul projet gigantesque. Jean-Luc Touly.

« Il y a d’autre solutions alternatives. Cela peut être la nappe phréatique… la récupération d’eau de pluie. Parfois c’est créer des petits barrages pour des retenues d’eau… C’est aussi la récupération de l’eau dans l’humidité de l’air ou de la rosée du matin, ce n’est pas forcément applicable en Chine, mais en Afrique ou Amérique du Sud cela s’est fait. Sans une aide énergétique forte on peut arriver à amener de l’eau au plus près des habitations. Ce n’est pas en grande quantité, mais est-ce que la multiplication de petites unités ne serait pas préférable à un énorme transfert d’eau qui est souvent accompagné par des multinationales qui y trouvent un intérêt certain ? »

« Sud Eau Nord Déplacer », sort le mercredi 28 février. Jean-Luc Touly participera à une projection-débat le lundi 2 février à l’Espace St Michel à Paris, en présence d’Antoine Boutet, le réalisateur.

Pour aller plus loin :

 

© zeugmafilms

© zeugmafilms

The following two tabs change content below.
Philippe Boury
Au début des années 80, Philippe Boury s’est lancé, comme tant d’autres, dans l’aventure des radios libres. Il a ainsi participé, de la banlieue lyonnaise à la région parisienne, à la vie de radios militantes, ouvertes sur la société, soucieuses d’être le reflet de la vie locale, culturelle, politique et associative. Militant associatif lui-même, il a toujours souhaité mêlé ses engagements à sa passion de la radio. C’est donc tout naturellement qu’il a choisi de rejoindre l’équipe de Fréquence Terre, dont il partage les intérêts : survie de la planète, sensibilisation à l’écologie, information sur le développement durable.

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.

Avec et pour une PLONGEE BLEUE écoresponsable sans biocide à BANYULS !

image-11-10-05-14-51-45-ok

Se passer de produits laitiers, pourquoi, comment et pour quels bénéfices ?

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire