4:10 - mardi septembre 27, 2016

L’Equilibro, le changement climatique expliqué aux enfants

Lu 980 fois Philippe Boury 0 réaction
© France Libertés
© France Libertés

Le changement climatique et l’éducation à l’environnement à la Une de Monde Solidaire cette semaine, avec la Fondation France Libertés, et son directeur Emmanuel Poilane.

L’Equilibro, c’est un jeu qui vient d’être créer par la Fédération Léo Lagrange et la Fondation France Libertés afin de sensibiliser les enfants au changement climatique. Mais cela reste un sacré défi que d’aborder cette question ardue avec des enfants. Pourquoi avoir édité ce jeu ?

« C’est un sujet qui va intéresser l’Humanité dans les 10 prochaines années et comme les enfants d’aujourd’hui sont les adultes de demain, il faut absolument qu’ils puissent comprendre ce qu’est le changement climatique et imaginer comment eux-mêmes ils peuvent contribuer à lutter contre ce phénomène. C’est pour çà que l’on a fait le choix d’utiliser la porte d’entrée de l’eau. Quand on parle de catastrophes climatiques, on parle de la montée des océans, donc de l’eau, de tsunamis, donc de l’eau… On parle de sécheresse, donc de l’absence d’eau. Au travers de tous ces éléments on peut facilement expliquer aux enfants quelles sont les conséquences du changement climatique. On a fait tout un travail pour leur partager du savoir, mais surtout pour leur demander de réfléchir à ce qu’est pour eux ce changement climatique. L’idée est aussi de les amener à imaginer comment ils peuvent agir pour être acteurs de la protection du climat, dès aujourd’hui. C’est un investissement sur le futur. »

© Les Petits Citoyens

© Les Petits Citoyens

Il n’est pas toujours évident de capter l’attention des enfants. L’Equilibro relève ce défi.

« C’est un grand puzzle de 36 pièces qui fait environ deux mètres, utilisable en intérieur ou en extérieur. On installe le puzzle avec une planète qui est abimée avec tous les fléaux que l’on rencontre aujourd’hui. Et au travers des questions de savoirs, d’actions, ou de partages d’idées, les enfants  vont, au fur et à mesure de leurs réponses, retourner les pièces du puzzle pour reconstituer petit à petit la terre saine. Au travers de cet exercice ils vont découvrir tout un tas de sujets et vont pouvoir construire leurs propres propositions. A la fin du jeu, ils les partagent sous forme de slogans pour interpeler les adultes qui les entourent et leur proposer un certains nombre de solutions. »

« On est sur des questions à destination d’enfants de 6 à 12 ans environ. C’est par exemple « Quelle quantité d’eau vous avez dans le corps », pour qu’ils comprennent l’importance de la place de l’eau dans la vie… C’est aussi voir quel type d’action ils peuvent mener pour agir concrètement… planter un arbre, faire attention à économiser son eau… Et puis il y a des questions de connaissance générale sur l’évapotranspiration par exemple, qui les amènent à comprendre qu’un arbre transpire, qu’un lac transpire, et que c’est cette transpiration des éléments naturels qui entraine le cycle de l’eau. Il y a aussi des questions sur le traitement des déchets, sur les modes d’énergie, sur les grandes catastrophes climatiques…»

L’Equilibro n’est pas un jeu classique. Ici, pas d’équipes qui s’affrontent, mais plutôt une démarche collaborative.

« C’est un démarche coopérative car tous les groupes participent à l’amélioration de la planète. C’est un jeu pédagogique, destiné principalement aux écoles, aux centres de loisirs ou aux ludothèques. On peut y jouer de 8 à 32 enfants, avec des modes de jeux modulables qui permettent de faire une partie en 20 minutes ou en 3 heures, en fonction de ce que les adultes souhaitent. Ce jeu n’est pas fixé dans le temps. On le lance au moment de la COP21, pour faire entendre ces messages d’enfants à la Conférence. Mais on va le faire vivre dans les cinq années qui viennent car cela nous semble indispensable que les enfants s’emparent bien de cette question du changement climatique. »

La démarche participative est même poussée au-delà du jeu puisque les enfants sont amenés, au cours du jeu, à proposer des solutions qui seront soumises à la COP21.

« Ce que l’on recueille déjà au travers des slogans que l’on reçoit, c’est la clairvoyance des enfants. Par exemple, « pour protéger la planète, mangeons moins de viande… ». Derrière leurs messages, on voit qu’ils ont une compréhension de ce qu’est la complexité du système aujourd’hui… Quand on veut manger beaucoup de viande, il faut beaucoup de céréales pour nourrir les animaux. On est dans un processus de maximisation d’utilisation de la terre qui n’est pas forcément bon pour la planète. On voit qu’il faut retrouver une forme d’équilibre, une forme de sobriété, et les enfants sont sensibles à cette question de la sobriété. On l’est moins à l’âge adulte, et donc c’est intéressant aussi que les adultes entendent ce message de sobriété venu des enfants. »

Le jeu a été présenté il y a quelques mois,… Il a depuis été testé j’imagine dans les centres de loisirs… Il fait aujourd’hui son entrée dans les écoles, et notamment sur Paris.

« On a pu distribuer ce jeu dans 360 centres de loisirs en France, en partenariat avec la fédération Léo Lagrange, ce qui nous a permis de faire jouer 15000 enfants pendant l’été. On récupère actuellement les slogans, pour les mettre en forme et les rendre accessibles à nos dirigeants au moment de la COP 21. Actuellement on tisse un partenariat avec la Mairie de Paris et Eau de Paris, qui démarre début octobre, pour faire jouer une centaine d’écoles sur Paris. Cela va permettre aux enfants parisiens, qui vont accueillir la COP 21, de contribuer à un message porteur d’avenir pour la lutte contre le changement climatique. »

© Fédération Léo Lagrange

© Fédération Léo Lagrange

Pour aller plus loin :

 

 

The following two tabs change content below.
Philippe Boury
Au début des années 80, Philippe Boury s’est lancé, comme tant d’autres, dans l’aventure des radios libres. Il a ainsi participé, de la banlieue lyonnaise à la région parisienne, à la vie de radios militantes, ouvertes sur la société, soucieuses d’être le reflet de la vie locale, culturelle, politique et associative. Militant associatif lui-même, il a toujours souhaité mêlé ses engagements à sa passion de la radio. C’est donc tout naturellement qu’il a choisi de rejoindre l’équipe de Fréquence Terre, dont il partage les intérêts : survie de la planète, sensibilisation à l’écologie, information sur le développement durable.

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.

Les sciences participatives , ça motive !

Planète

COP 21 : la « Coalition Climat 21 » prépare la mobilisation citoyenne

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire