12:37 - samedi décembre 3, 2016

le kombucha, succomber ou pas ?

Lu 972 fois Marie Fin 1 réaction
image-12-07-24-17-29-50-ok

Le Kombucha : succomber ou pas ?

Kombucha. Avec un tel nom, on se doute que ce breuvage n’est pas français ! Mais qu’est-ce au juste que cette boisson qui fleurit depuis quelques années dans nos magasins biologiques, et dont on vante tant les vertus ? Que penser de ce phénomène : effet de mode ou filtre magique aux effets réels d’un temps ancien et d’un pays lointain ? Le kombucha est une boisson pétillante au goût légèrement acidulé. Elle tire ses origines de la Chine impériale, mais a également connu ses heures de gloire au Japon et en Russie. Elle s’obtient par une culture symbiotique de diverses bactéries et de levure, dans un milieu sucré. Généralement, c’est le thé sucré qui est utilisé, parfois remplacé par du miel ou du jus de raisin. Le thé kombucha est donc concocté à partir de la fermentation de thé noir ou vert sucré avec cette culture de levures et bactéries appelée kombucha. Celle-ci se forme au dessus de la culture lors de la fermentation.

A en croire les émules, cette boisson possède de nombreuses vertus médicinales, en raison de la quantité importante d’enzyme, d’éléments probiotiques et de vitamines qu’elle contient. Car elle est en principe non pasteurisée. Parmi les vitamines, on trouve les B1, 2, 3, 6, 9 et plus rare, la 12, qui souvent fait défaut chez les végétariens. Ce sont les levures qui transforment le sucre en alcool, les bactéries et l’alcool en acide. Chacune de ces substances produit d’autres substances organiques dont profite l’autre symbiote. Par ailleurs l’acidification de la boisson empêche en principe le développement de bactéries non désirées.

Parmi les vertus thérapeutiques vantées de cette boisson, on peut citer l’insomnie, les troubles de la digestion, l’arthrite, la fatigue chronique et pourquoi pas la calvitie ! D’autres encore prétendent que sa consommation serait une aide pour les personnes atteintes du cancer et de sclérose en plaque. Par ailleurs, comme tout probiotique, il améliore la qualité de la flore intestinale, la rééquilibre. Or cet équilibre souvent très précaire dans nos systèmes d’hommes modernes est également la source de nombreux maux qui s’en trouveraient eux aussi soulagés. Mais tout ceci n’a pas vraiment reçu la confirmation de la communauté scientifique, bien qu’elle s’y intéresse et que des études sont en cours sur le sujet. Comme pour bien des remèdes de grands-mères, chinoises cette fois, nous avons le choix entre accorder notre confiance en un savoir ancestral, une connaissance directe de fabrication et d’utilisation durant des siècles et la validation des effets bénéfiques par notre sacro sainte science selon des protocoles qui lui sont propres. Entre les deux, notre cœur balance souvent ; la tentation de croire qu’il peut exister des remèdes dont on ignore le secret, mais qui marchent et l’habitude d’un rationalisme souvent outrancier.

Quoi qu’il en soit, rien ne vous empêche de tester ce breuvage agréable et désaltérant. Bien sûr, essayer de vous le procurer non pasteurisé. Il est tout de même recommandé de demander l’avis d’u médecin en cas d’affection du foie. Si vous êtes conquis, et que vous avez l’âme d’un chimiste en herbe, vous pouvez vous lancer dans la fabrication de cet élixir de longue vie, selon leurs consommateurs de Chine et du pays du soleil levant !

C’était Marie Fin, chronique N et BE pour la rédaction.

The following two tabs change content below.
Marie Fin
Je suis une grande voyageuse toujours à l'affût de découvertes, avec une préférence pour l'Orient : Inde en particulier, Asie en général. Ma formation en philosophie m'invite à me poser des questions sur notre façon de vivre, et à trouver des réponses pour l'améliorer. Passionnée de nature, d'environnement, de diététique, je cherche à allier cette nature et cette quête de bien-être pour tous nos auditeurs. Vos suggestions sont les bienvenues !

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
François Damerval

La transition énergétique vue par François Damerval

DSC00499bis

Quand la nuit porte conseil (31) : Importante prise de conscience écologique

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire