8:58 - jeudi septembre 29, 2016

Primevère : le salon de l’écologie et des alternatives a 30 ans !

Lu 2067 fois Philippe Boury 0 réaction
© Salon Primevère
© Salon Primevère

Les 26, 27 et 28 février se tient le 30ème salon Primevère, le salon-rencontres de l’alter-écologie, au parc des expositions Eurexpo, près de Lyon.

Primevère a 30 ans. 30 ans d’écologie, d’alternatives, de débats de société… Un salon de rencontres né en 1986, à Lyon. Quelques militants font alors le pari de rassembler en un même lieu des artisans, des producteurs, des militants politiques ou associatifs, tous désireux de promouvoir un autre modèle de société.

  • Avec Alain Dorieux, le président de Primevère.

« La première édition, c’était une fête des écologistes pour préparer les élections régionales. Devant le succès, ils se sont dit qu’ils allaient reconduire cela l’année suivante. Petit à petit, le salon a pris son envol, il a grossi. Il est devenu autonome. »

30 ans après, l’association Primevère c’est 500 bénévoles qui font vivre le salon. Primevère draine un public toujours plus nombreux et plus large et s’affiche comme Le salon-rencontre de l’alter-écologie.

« Les militants et les visiteurs du début sont toujours là. Par contre, on essaie de faire venir des gens qui n’ont pas trop entendu parler de l’écologie ou qui ne savent pas ce que cela veut vraiment dire. C’est l’un de nos succès. Les anciens militants sont là et discutent. Primevère, c’est un salon de l’écologie, mais aussi des rencontres. Rencontres avec les exposants, les conférenciers, les artisans… Mais aussi rencontre avec le public. Il y a des espaces repos, restaurant, enfants, animations…des espaces où les gens peuvent discuter, où les gens communiquent beaucoup. »

Au fil des rencontres et des débats, la prise de conscience du citoyen est aujourd’hui bien réelle. Chacun se doit d’agir à son niveau. Pourtant, il faut toujours et encore convaincre.

« Il faut toujours répéter, mais on voit bien que les idées avancent. Les gens prennent conscience. Ils ont de plus en plus d’informations. Les politiques sont les moins bien informés et les moins prêts à bouger. Nous, on est les militants de base. Les gens ont envie de bouger. Ils prennent des initiatives. Ils n’attendent plus que les politiques leur montre le chemin. C’est à Primevère que l’on peut les rencontrer pour voir ce qui se passe vraiment dans la société, et pas seulement à la télé. »

L’actualité fait régulièrement échos à l’écologie… soit pour saluer les prises de conscience, soit pour déplorer les projets qui portent atteinte à la planète… Après une COP 21 qui sera restée plutôt frileuse… la société civile est donc plus que jamais porteuse de projets alternatif… de transition…

« La COP 21 a beaucoup déçu par rapport au battage que l’on a fait autour. Mais quand on voit qui a participé, cela ne pouvait pas être autrement. Quand l’énergie est fournie par EDF, GDF ou AREVA, on ne peut pas avoir des alternatives. Primevère est dans une actualité qui est moins faite de piques, mais qui est faite d’actions et d’initiatives qui se développent, qui sont pérennes. Les 20 exposants qui étaient là à la première édition, ils sont toujours là. Qui peut se vanter de sociétés, d’artisans et de créateurs qui ont 30 ans d’existence ? »

© Salon Primevère

© Salon Primevère

 

Primevère c’est aujourd’hui 5200 exposants, des espaces d’animations, de restauration… C’est également plus de 150 heures de débats… en 3 jours… avec quelques grandes thématiques…

« Il y a des thématiques qui sont en lien avec l’actualité, comme le lobbying pharmaceutique. On a vu les dégâts des expériences de médicaments récemment… Une autre actualité est celle de l’agriculture. Fabrice Nicolino va venir parler de son livre « Lettre à un paysan sur le vaste merdier qu’est devenue l’agriculture ». Et puis il y a des sujets un peu plus précurseurs comme le transhumanisme : toutes les réparations que l’on fait sur l’être humain, nous amène à « espérer » un homme augmenté, vivant beaucoup plus vieux. Un conférencier va venir nous en parler. On pourra débattre de savoir quelles sont les vraies perspectives, quelle est la part de fantasme, quelle est la part de réalité… ? »

Au fil des années, Primevère a démontré que l’écologie et les alternatives ce ne sont plus que les actions de protection de l’environnement. C’est aussi la défense d’un autre modèle de société…

« Primevère, c’est l’écologie dans son ensemble, dans ses idées, dans son débat… ses perspectives. Mais c’est aussi l’écologie dans sa vie quotidienne. Chaque visiteur pourra trouver sur le salon ce qu’il lui faut pour vivre écologiquement chaque instant de sa vie : comment s’habiller, se nourrir, comment éduquer ses enfants dans le respect de la planète, comment construire sa maison, comment se déplacer, en respectant la planète et les autres… »

  • Le 30ème salon-rencontres de l’alter-écologie Primevère, c’est le 26, 27 et 28 février, au parc des expositions Eurexpo de Lyon-Chassieu.

Pour aller plus loin :

 

 

 

The following two tabs change content below.
Philippe Boury
Au début des années 80, Philippe Boury s’est lancé, comme tant d’autres, dans l’aventure des radios libres. Il a ainsi participé, de la banlieue lyonnaise à la région parisienne, à la vie de radios militantes, ouvertes sur la société, soucieuses d’être le reflet de la vie locale, culturelle, politique et associative. Militant associatif lui-même, il a toujours souhaité mêlé ses engagements à sa passion de la radio. C’est donc tout naturellement qu’il a choisi de rejoindre l’équipe de Fréquence Terre, dont il partage les intérêts : survie de la planète, sensibilisation à l’écologie, information sur le développement durable.

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
FM1bis

Voyage, corde et maîtrise (Éditions MdV et Cépaduès/Éd. de Midi)

BlagnyFT

Ardennes françaises mystérieuses (6/61) : BLAGNY : Une création diabolique

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire