9:25 - dimanche septembre 25, 2016

L’accouchement à domicile : folie inconsciente ou évidence naturelle ?

Lu 2074 fois Marie Fin 0 réaction
image-13-03-17-12-17-42-ok

L’accouchement à domicile : folie inconsciente ou évidence naturelle ?

L’accouchement à domicile représente 90% des accouchements dans le monde, à peu près la même chose en France il y a un siècle. Aujourd’hui, il représente…1% des accouchements ! Le nombre de sages-femmes qui le pratiquent dans l’hexagone se situe entre 30 et 60 selon les sources. Une chose est sûre, il n’y en a pas une par département.

Elles paient des assurances faramineuses, et sont en général pas très bien vues du corps médical. C’est encore la chasse aux sorcières ! Comment expliquer ce retournement de situation ? Pourquoi les femmes se sont-elles mises à accoucher en masse dans les centres hospitaliers, avec une péridurale dans 70% des cas, contre 15 % aux Pays-Bas par exemple…

Les femmes étaient-elles plus fortes autrefois, moins sensibles ou simplement, n’avaient-elles pas le choix ?

Tant de questions que je me pose depuis mon premier accouchement…

Pour mon premier enfant, j’ai décidé d’accoucher dans une maternité labellisée « amie des bébés », qui font un effort pour respecter les souhaits des parents, encouragent l’allaitement, etc. Après huit mois de préparation dans ce cadre, j’ai continué ma préparation personnelle, à l’aide de tisanes, homéopathie, exercices de yoga, assouplissement du périnée par massage, préparation mentale, visualisation… Tout ce travail m’a fait donné la confiance pour me lancer dans l’accouchement chez moi. J’ai aussi ressenti que l’intimité de mon cadre familier m’aiderait à limiter le stress et les inhibitions. Bref, je voulais m’approprier ce moment, et tenter le coup ! Bien-sûr, je me le suis permis aussi, car j’habite à 15 minutes de la maternité !

Ayant pris contact avec la seule sage femme de ma région qui propose cette aventure, je me suis à nouveau préparée dans les deux dernière semaines à vivre l’accouchement chez moi, sans certitude toutefois, car la sage-femme n’était pas sûre de pouvoir se libérer, étant engagée avec d’autres femmes auparavant.

Le jour J, tout s’est merveilleusement bien passé. Bien sûr, j’ai eu mal, mais voilà ce qui m’a plu dans cette expérience :

Pas besoin de courir en voiture en urgence en pleine nuit à la maternité. Je suis tranquille chez moi, avec de la musique, des bougies, des couvertures, bref, c’est zen. je me mets dans la position que je veux, je peux chanter, m’exprimer sans aucune retenue pour gérer ma douleur. Il n’y a pas de personnel soignant stressé autour de moi, ni de montoring autour de mon ventre. Pas de lumière agressive. Bref, je me sens libre et en confiance. La sage-femme a su me guider, m’expliquer, me rassurer, me faire rire aussi. Et une fois l’enfant né, il est tout de suite posé sur moi. Après quelques soins, je file directement au lit avec mon trésor pour faire connaissance en toute intimité. Tout simplement. Tout naturellement. Mon nouveau né évite aussi tous les tests divers et variés qu’on lui prodigue en maternité. Je n’ai rien contre, mais je ne trouve pas qu’ils soient nécessaires.

Si c’était à refaire, ce serait tout pareil, avec une aide ménagère en plus pour les jours qui ont suivi, car contrairement à la maternité, quand on est chez soi, on a pas de plateaux repas tout chauds servis tous les jours !

Bref, si je devais tirer une conclusion, je dirais qu’accoucher est une expérience éminemment personnelle, et qu’il est important de s’écouter pour la vivre au mieux, quelque soit la façon que l’on choisit, car quoi de pire que l’impression d’être passée à côté d’un moment si unique ?

The following two tabs change content below.
Marie Fin
Je suis une grande voyageuse toujours à l'affût de découvertes, avec une préférence pour l'Orient : Inde en particulier, Asie en général. Ma formation en philosophie m'invite à me poser des questions sur notre façon de vivre, et à trouver des réponses pour l'améliorer. Passionnée de nature, d'environnement, de diététique, je cherche à allier cette nature et cette quête de bien-être pour tous nos auditeurs. Vos suggestions sont les bienvenues !

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
Éteignères1FT

Ardennes françaises mystérieuses (20/61) : ÉTEIGNIÈRES : Le Grand Condé et la Chèvre d’or

DSC01834bis300couve

Les Enfants de Salomon (3/7) : Une école de vie et de savoir-faire (Éditions Dervy)

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire