10:48 - mercredi septembre 28, 2016

Ardennes françaises mystérieuses (31/61) : LAIFOUR : Des Dames de Meuse et la source ensanglantée

Lu 849 fois Pierre Guelff 0 réaction
Laifour1FT500

3ft300Les chroniques « Ardennes françaises mystérieuses, sacrées et insolites » sont inspirées de l’ouvrage et d’émissions de Pierre Guelff aux Éditions Jourdan, à la RTBF et TV5 Monde « Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées ». Musique du générique : « Le Réveil ardennais. »(youtube)

 Une grande partie des charmes de Laifour est regroupée dans son logo, comme le signalent ses autorités communales : « …charmes situés dans une arène de verdure, que traverse la Meuse… » Et, de citer son célèbre site classé des « Dames de Meuse ».

Un lieu fréquenté à plusieurs reprises par le général de Gaulle. Mais, au juste, qu’est-ce qui y attirait le président de la République française ? La beauté sauvage de l’endroit ou les légendes qui s’y rattachent ? Ou toutes à la fois ?

La punition divine

 Les « Dames de Meuse » est un lieu habité par les dieux, clame-t-on sur place, et plusieurs légendes lui sont attribuées, c’est l’un parmi les plus impressionnants paysages de la Vallée de la Meuse, selon l’auteur Bernard Chopplet.

En 1080, le seigneur de Hierges (voir ci-dessous) eut trois fils, Héribrand, Geoffroy et Vauthier, qui épousèrent les filles du Seigneur de Rethel, Hodierne, Berthe et Ige.

Peu de temps après leur union, les trois jeunes mariés accompagnèrent Godefroid de Bouillon dans sa croisade (1096-1099), la première du genre sur huit sans tenir compte de la « Croisade populaire » de Pierre l’Ermite.

 

Laifour1FT300

Les Dames de Meuse, que des personnes prétendent voir pleurer certains jours…

 

Alors qu’ils combattaient en Terre Sainte, les épouses commirent de conserve l’adultère en compagnie de trois chevaliers.

Mais, Dieu les punit ! Ainsi, lors de l’attaque de Jérusalem, elles furent changées en trois immenses rochers noirâtres surplombant la Meuse.

Une deuxième légende, selon le « Guide de la France Mystérieuse », sous le titre des « Pierres Infidèles » :

« Le seigneur de Montcornet, en partant pour la croisade, laissa son château à la garde de sa femme et de ses deux nièces. Un seigneur du voisinage, du nom de Neyrac, voulut s’emparer des biens de Montcornet et déclencha un conflit. (…) La dame de Montcornet alla au-devant de son mari qui revenait de Terre Sainte et Neyrac se sentant en danger réclama l’aide du diable. Celui-ci provoqua un séisme qui ensevelit la dame et sa suite. Arrivé à l’endroit du drame, le seigneur de Montcornet reçut des explications de la part d’un berger et Neyrac eut la tête tranchée ! Après une prière au divin, la dame et sa suite sortirent vivants du sol. Le rocher en forme de têtes perpétuerait le souvenir de la dame de Montcornet et des deux nièces. »

La troisième légende concernant les « Dames de Meuse » émane de Hierges.

Hierges est une cité médiévale, distante de Laifour d’une vingtaine de kilomètres, considérée comme l’un des plus beaux villages de France, dont le château aurait été bâti en 882 en une nuit par la fée Mélusine (voir Orval).

Il est question des trois épouses infidèles transformées en rochers juste avant qu’elles n’aient eu le temps de se jeter dans la Meuse au retour de leurs maris afin d’échapper à leur colère.

Laifour2ft300

Au moins trois légendes pour un site habité des dieux, pour trois immenses rochers couverts de hêtres…

L’odieux seigneur et les Quatre Fils Aymon

 À Laifour, il y a une autre histoire « fantastique » qui circule : celle entourant la source d’eau ferrugineuse qui coule dans la Meuse en rougissant les pierres et les galets.

Au Moyen Âge, un puissant seigneur désirait les faveurs d’une jeune vierge. Elle refusa catégoriquement les avances et se réfugia près de la source située dans une grotte.

Un jour de chasse, le seigneur la débusqua. Elle continua à lui résister, alors il sortit son épée et la tua. Ensuite, il partit jeter l’arme dans la source. Depuis cet instant tragique, l’eau serait devenue ferrugineuse…

Et, bien entendu, les Quatre Fils Aymon (voir « Quelques symboles ardennais » en première partie du présent ouvrage) seraient également passées par Laifour !

Naguère, un rocher était marqué de l’empreinte du sabot du cheval Bayard après avoir effectué un bond prodigieux. Au début du XIXe siècle, les cantonniers locaux auraient détruit ce « témoignage » pour confectionner une route…

tout-ce-qui-parle-728x90

The following two tabs change content below.
Pierre Guelff

Pierre Guelff

Pierre GUELFF est journaliste, écrivain (Éditions Jourdan) et chroniqueur radio. À travers ses ouvrages, ses émissions et ses chroniques, il défend avec passion la Nature, les notions de « Terroir », de « Tradition »… À « Fréquence Terre », il anime “Littérature sans Frontières”, "Nature sans Frontières" et "La Nuit porte conseil". Sur son site officiel retrouvez toutes ses émissions radio et tv (RTBF, VivaCité, TV5 Monde), ses ouvrages, sa biographie... Son site officiel

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
© Tobago

S’hydrater correctement : un outil pour évaluer notre bonne consommation d’eau (rediffusion)

Pied-reliquaireadeaSaint-Jacquesaleamajeura12500FT500

Le « Beau Vélo de RAVeL » en Belgique et en France : À la découverte d’un trésor unique

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire