9:25 - dimanche décembre 4, 2016

Le transport aérien entre dans l’accord de Paris

Lu 162 fois Robot Automatique Commentaires fermés sur Le transport aérien entre dans l’accord de Paris
Thumbnail for 320801

EFFORTS. Responsable de 2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, l’aviation civile connaît une telle croissance qu’elle pourrait bien peser 20% du budget carbone de l’Humanité en 2050. L’accord trouvé à Montréal le 6 octobre réintroduit le secteur dans la lutte mondiale contre le changement climatique. Mais les mesures sont des efforts consentis car supportables par des compagnies aériennes qui sont quasiment toutes supportées soit économiquement, soit politiquement par des Etats.

Le secteur représenté par l’Organisation internationale de l’aviation civile a accepté d’entamer à partir de 2020 une politique de réduction des émissions basées sur un marché global du CO2. Le but est d’atteindre en 2035 un plafond d’émissions qui soit égal à celui de 2020. Pour ce faire, le secteur compte sur les progrès des motorisations et surtout sur l’utilisation croissante de biocarburants. Les compagnies qui dépassent leur quota pourront acheter les tonnes de CO2 en surplus sur le marché carbone auprès de compagnies ou d’autres secteurs économiques plus vertueux. Les engagements seront revus tous les 3 ans. Une première phase d’essai va se dérouler jusqu’en 2027 où les mesures deviendront contraignantes à deux exceptions près : les pays les plus pauvres et ceux qui sont dans des régions très éloignées sont exemptés et les liaisons nationales ne sont également pas concernées.

Un accord « historique »

D’ores et déjà, 65 Etats s’engagent à entrer dans le dispositif. Ils représentent 93% de l’activité aérienne internationale. Les Etats-Unis, l’Europe, la Chine, les Emirats arabes unis s’y impliquent. Plus de 80% des émissions du secteur seront ainsi couvertes par l’accord. C’est ce qui a incité la plupart des chefs d’Etats et de gouvernement à saluer un accord « historique », Ségolène Royal, présidente de la COP21 en premier. Mais les ONG environnementales mettent un sérieux bémol. Ainsi, la International Coalition for Sustainable Aviation (ICSA) qui regroupe 6 associations environnementales dont le WWF y voit un verre à moitié vide. Parmi les éléments positifs, figure la clause de réévaluation de l’accord tous les 3 ans. Les ONG espèrent ainsi pouvoir corriger ou infléchir des tendances qui ne seraient pas bonnes. L’accord serait ainsi une sorte de « pied coincé dans la porte ». Autre point positif, le système se veut transparent avec des modalités de mesures des émissions des compagnies et de vérification des résultats. Dans la colonne négative, figure le fait que les efforts consentis ne sont pas suffisants pour diminuer de moitié la consommation d’énergie fossile en 2050 comme le veut l’Accord de Paris. Le fait que l’essentiel des efforts de réduction est attribué à des mécanismes de marché chiffonne également les ONG qui auraient préféré un engagement plus fort des pouvoirs politiques. A ces bémols près, l’ensemble de la communauté internationale salue l’entrée de l’aviation civile dans la lutte contre le réchauffement climatique. Il ne reste plus qu’un secteur qui n’a encore pris aucun engagement : le transport maritime.

Lire l’article complet : Sciences et Avenir

The following two tabs change content below.
AVERTISSEMENT : Les communiqués de presse publiés dans cette rubrique ne sont pas rédigés par la rédaction de Fréquence Terre qui se dégage de toute responsabilité des propos qui sont tenus et rédigés par les tiers qui publient dans cette rubrique. Les informations contenues dans cette rubrique ne sont pas vérifiées par nos soins, vous pouvez toutefois nous signaler un contenu qui vous semblerait inapproprié en laissant un commentaire ou en nous contactant directement via notre formulaire de contact (accessible en bas de page).

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
Thumbnail for 320778

Isère, Savoie et Haute-Savoie: où profiter du « jour de la nuit » dans les Alpes

Thumbnail for 320822

Pour Cécile Duflot, l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est « un contre-sens » par rapport à la …

Dans la même thématique :

Comments Closed

réactions fermées