4:44 - samedi décembre 3, 2016

Le plus meurtrier des mammifères ? Ce n’est pas l’Homme, ni le loup…

Lu 245 fois Robot Automatique Commentaires fermés sur Le plus meurtrier des mammifères ? Ce n’est pas l’Homme, ni le loup…
Thumbnail for 321452

MAMMIFÈRES. Quels mammifères sont les plus susceptibles de s’entretuer ? Aussi violent soit-il, l’humain n’est pas le plus meurtrier pour ses semblables, souligne une méta-analyse espagnole parue dans la revue Nature. La palme revient au petit suricate : près de 20% des morts analysées par des chercheurs chez cette espèce sont le fait de violences intra-spécifiques (pour la plupart des infanticides, commis par des mères…). A côté de ces sanguinaires, lions et loups font figure de compagnons plus pacifiques, montre notre podium des espèces meurtrières (voir infographie ci-dessous). Tandis que les cercopithèques, les mangoustes, les lémuriens ou les lions de mer se révèlent des terreurs pour leurs congénères.

Infographie : Sarah Sermondadaz.

Certaines familles se révèlent plus féroces que d’autres, mais « au total, 40% des mammifères se tuent entre eux. Nous avons été surpris. Cela survient y compris chez des herbivores comme les marmottes et les gazelles », commente l’écologue José Maria Gomez, de l’Université de Grenade qui a conduit ce travail original avec des collègues de Valence et Madrid. Les écologues ont collecté cinquante ans de données scientifiques, analysant 4 millions de morts survenues chez 1024 espèces animales (représentant 20% des espèces existantes) de 127 familles (80% des familles existantes). Infanticides, agressions intergroupes, cannibalismes, combats entre mâles, défense du territoire, accident ou abandon maternel, ils ont tout compilé pour ensuite mouliner les chiffres selon plusieurs modèles.

Infographie : Sarah Sermondadaz.

Quid des grands singes, dans ce palmarès? Ils sont loin derrière certains farouches singes à queue comme les cercopithecidae (cercopithèque ascagne ou singe bleu). Les gorilles de l’est seraient les plus meurtriers, avec un taux de 5% contre 0,14% pour les gorilles de l’ouest. Les chimpanzés atteignent 4,49% contre 0,68% pour les bonobos. Les écologues estiment que des différences territoriales et sociales (comportement plus ou moins solitaire) expliquent la grande disparité de meurtre entre les espèces d’un même genre, comme les chimpanzés et les bonobos (tous deux membres du genre Pan). Pourtant ces animaux ne diffèrent guère sur ces points…

L’étude ne s’arrête pas là : les chercheurs sont aussi remontés aux racines phylogénétiques du phénomène, en dressant un arbre de l’évolution de la violence létale intra-spécifique dans les différentes lignées mammaliennes depuis 100 millions d’années. (Le lecteur peut en trouver une version interactive ici http://go.nature.com/2dpXNg1 ). Selon leurs modèles, la violence aurait augmenté peu à peu. En remontant dans le temps, les chercheurs spéculent ainsi que le taux de meurtre intra-spécifique était de 1,1% pour les ancêtres des primates et des rongeurs, de 2,3% pour l’ancêtre commun des primates et de 1,8% pour l’ancêtre des grands singes. La hausse pourrait être liée à celle de la démographie et à des questions de territoire.

« Une soupe de chiffres »

Après avoir intégré à leurs calculs des données sur les humains provenant de 600 études partant de la période du paléolithique (entre 50 000 et 12 000 ans) jusqu’aux derniers siècles ( études bio-archéologiques, paléontologiques, relevés ethnographiques ou anthropologiques, registres, bilans d’autopsie), les chercheurs ont enfin déduit que chez notre espèce, le taux de meurtres entre congénères atteindrait 2%. Cela parait peu… sauf que l’agression intra-spécifique serait responsable de 0,3% seulement de la mortalité chez l’ensemble des mammifères. Les chercheurs en concluent que si les humains ne sont pas les plus meurtriers des mammifères, ni même des primates, leur violence prend bien sa source dans leur famille animale. Même si l’étude, innovante, intègre un nombre inégalé de données sur les meurtres chez les mammifères, l’analyse et les calculs n’ont pas forcément convaincu. « D’un point de vue évolutionniste, il est moins important de savoir si deux espèces tuent leur propre espèce au même taux, mais si elles le font de la même façon« , note Richard Wrangham, de l’université de Harvard, qui étudie les liens évolutifs entre chimpanzés et humains. Chez les primates, c’est l’infanticide qui est le plus commun.

De son coté l’anthropologue Polly Wiesner de l’Université de l’Utah critique «  une soupe de chiffres, dans laquelle les chercheurs ont « jeté » des conflits individuels avec des agressions socialement organisées, du cannibalisme ritualisé et autre. Les sources de leurs données préhistoriques sont très variables en fiabilité et d’abondance inégale selon les sujets. Et quand on les prend hors contexte, c’est pire. Sans compter que chez les humains, le taux d’homicides varie de 0 à 65% selon les populations. » Bref, une moyenne ne serait pas le mieux pour caractériser le spectre de la violence humaine. Ni même celle des animaux, chez lesquels existe aussi une grande variabilité. Et le data mining ne serait pas la meilleure façon d’aborder ces sujets complexes.

Lire l’article complet : Sciences et Avenir

The following two tabs change content below.
AVERTISSEMENT : Les communiqués de presse publiés dans cette rubrique ne sont pas rédigés par la rédaction de Fréquence Terre qui se dégage de toute responsabilité des propos qui sont tenus et rédigés par les tiers qui publient dans cette rubrique. Les informations contenues dans cette rubrique ne sont pas vérifiées par nos soins, vous pouvez toutefois nous signaler un contenu qui vous semblerait inapproprié en laissant un commentaire ou en nous contactant directement via notre formulaire de contact (accessible en bas de page).

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
Thumbnail for 321427

A Nantes, la double peine des « amiantés » de l’immeuble Tripode

Thumbnail for 321470

A Fukushima et Tchernobyl, les revenants des zones interdites

Dans la même thématique :

Comments Closed

réactions fermées