5:40 - dimanche juin 25, 2017

COP22 : l’accord de Paris consolidé

Lu 341 fois Robot Automatique Commentaires fermés sur COP22 : l’accord de Paris consolidé

CONSENSUS. Vendredi soir, la COP22 s’est terminée par une ” proclamation d’action » de tous les États impliqués dans la négociation sur le climat. L’objectif de contenir la hausse des températures mondiales bien en dessous de 2 °C est désormais décrit comme une urgence mondiale. “Nous appelons à un engagement politique au plus haut niveau pour combattre le changement climatique comme une priorité » ont proclamé les États. Cette déclaration solennelle ressemble à un avertissement adressé à la future administration américaine de Donald Trump au cas où elle serait tentée d’abandonner la lutte contre le réchauffement climatique. ” La conférence de Marrakech marque un point d’inflexion important dans notre engagement à rassembler l’ensemble de la communauté internationale pour résoudre l’un des plus grands défis de notre temps », est-il ainsi écrit. La COP23 aura lieu en décembre 2017 sous la présidence des îles Fidji, mais se déroulera à Bonn (Allemagne), les Fidji n’ayant pas les capacités financières d’organiser une telle rencontre. La COP24 devrait se dérouler en Pologne.

L’accord avancé à 2018

À Paris, les pays devaient commencer à agir à partir de 2020. Ce sera 2018. “Les négociateurs se sont entendus pour finaliser les règles de l’accord de Paris dès 2018 et ont développé une feuille de route claire pour respecter ce délai, note Paula Caballero, directrice du Programme climat du World Ressources Institute dans son blog. Avec un mode d’emploi finalisé en main, la COP de 2018 sera pour les États une étape de mise en place de leurs plans climat nationaux dès 2020. » Les négociateurs ont donc deux ans pour construire le cadre de mesure, de vérification et de transparence des objectifs nationaux de réduction des gaz à effet de serre. Il va falloir en effet que chaque pays se dote d’un système de mesure des émissions de chacun de ses secteurs (industrie, habitat, transports, énergie, agriculture), de vérification de la mise en place des politiques de réduction des émissions, et de transmission de ces données à la communauté internationale pour qu’elle vérifie la réalité des efforts entrepris. Ces vérifications auront lieu tous les cinq ans.

Des objectifs nationaux confortés

Les contributions nationales de réduction des émissions ont été confirmées. Mais les efforts des États ne sont pas encore suffisants pour atteindre l’objectif des 2°C. Cependant, l’Allemagne, le Royaume-Uni, les États-Unis, le Canada et le Mexique ont annoncé des plans ambitieux de réduction de 80 à 95% de leurs émissions à l’horizon 2050. 165 pays adhèrent à un nouveau club, under2 coalition, où les membres s’engagent à aller vers le zéro émission en 2050. Les deux ” championnes du climat » Laurence Tubiana et Hakima El Haité, ont, elles, lancé la ” platform 2050 ». C’est un lieu de rencontre entre gouvernants, entreprises et collectivités pour échanger sur les stratégies de décarbonation des activités humaines. 22 pays, 16 villes, 17 régions et 196 entreprises ont rejoint cette initiative. 48 pays les plus fragiles (États îliens notamment) se sont réunis dans un Forum des pays les plus vulnérables qui s’engagent à atteindre les 100% d’énergies renouvelables aussi vite que possible.

Les 100 milliards confirmés

La déclaration finale de la COP22 réaffirme l’engagement des pays développés à verser 100 milliards de dollars par an pour aider les pays en développement à accéder aux technologies bas carbone et à adapter leur économie au changement climatique. Mais les financements manquent encore. Les pays développés ont deux ans pour trouver des lignes budgétaires pérennes. La France a confirmé vouloir augmenter ses financements annuels pour le climat de 3 à 5 milliards d’euros en 2020 et tripler ses engagements en faveur de l’adaptation des pays du Sud pour atteindre un milliard d’euros par an en 2020.

Le renforcement des capacités en marche

Les critères d’aide des pays en voie de développement pour acquérir les matériels techniques, former les chercheurs et ingénieurs nécessaires pour mesurer et vérifier les émissions nationales de gaz à effet de serre, et construire les aménagements pour l’adaptation du tissu économique au changement climatique est un sujet qui a bien avancé à Marrakech. Ces actions de formation, de transferts de technologies, d’investissements dans des réalisations bas carbone semblent faire consensus. La France a ainsi rejoint le partenariat pour la mise en œuvre des contributions nationales destiné à fédérer les relations de coopération entre États. L’adaptation reste cependant un sujet difficile. Les outils manquent pour juger si les projets envisagés (nouvelles semences pour l’agriculture, nouvelles infrastructures urbaines, transports décarbonés par exemple) permettent bien au pays de mieux résister aux changements climatiques.

Lire l’article complet : Sciences et Avenir

The following two tabs change content below.
AVERTISSEMENT : Les communiqués de presse publiés dans cette rubrique ne sont pas rédigés par la rédaction de Fréquence Terre qui se dégage de toute responsabilité des propos qui sont tenus et rédigés par les tiers qui publient dans cette rubrique. Les informations contenues dans cette rubrique ne sont pas vérifiées par nos soins, vous pouvez toutefois nous signaler un contenu qui vous semblerait inapproprié en laissant un commentaire ou en nous contactant directement via notre formulaire de contact (accessible en bas de page).

« 37, quai d’Orsay » – 3 questions à Laurent Fabius

COP 22 au Maroc : la lutte contre le réchauffement passe en mode « pause » jusqu’à la COP 23

Suggestions
Commentaires fermés