6:02 - samedi décembre 10, 2016

Les oiseaux marins, sauveurs de l’Arctique ?

Lu 157 fois Robot Automatique Commentaires fermés sur Les oiseaux marins, sauveurs de l’Arctique ?
Thumbnail for 328092

GUANO. Pas besoin de climatisation quand on a des oiseaux sous la main. Des chercheurs ont en effet découvert que l’ammoniac émis par le guano des oiseaux marins (leur excréments donc) avait un effet refroidissant en Arctique. Une découverte qui donne de l’espoir pour cette région particulièrement vulnérable au changement climatique pouvant influer sur le climat mondial. C’est G.R. Wentworth et son équipe qui ont découvert des quantités importantes d’ammoniac dans l’air lors d’une expédition sur le continent glacé et ont trouvé qu’elles émanaient du guano des oiseaux marins. Et il y en a ! Ce n’est pas moins de 40 000 tonnes de guano relâchées par des dizaines de millions d’oiseaux qui sont déposées sur les sols arctiques, lors de leur migration et de leur nidification entre mai et septembre.

Des nuages super-réfléchissants

Les poissons, riches en azote (N), sont mangés par les oiseaux qui vont rejeter à la fois de l’urée et des fèces contenant des bactéries productrices d’ammoniac (NH4). Une fois dans l’atmosphère, ce composé va réagir avec l’acide sulfurique, produit par l’oxydation du diméthylsulfure (DMS) rejeté par les algues lorsqu’elles sont mangées par le plancton mais également par le plastique en décomposition, et avec l’eau, pour former de minuscules gouttelettes. Celles-ci, de un ou deux millimètres de diamètre, se condensent pour former des nuages à albédo élevé, c’est-à-dire réfléchissant considérablement les rayons du soleil, plus efficaces que les nuages ordinaires formés par de grosses gouttelettes d’eau.

Schéma du processus couplant les émissions d’ammoniac des colonies d’oiseaux marins d’Arctique avec le climat (traduction) – © Nature Communications

Ils s’avèrent donc être une solution naturelle efficace pour lutter contre le réchauffement climatique local.  » Les oiseaux font partie de l’équation maintenant. Comprendre comment le changement climatique et les activités humaines en Arctique impactent les oiseaux marins pourrait être important pour prévoir les futurs changements de température dans la région, explique Ken Carslaw, professeur à l’Univers de Leeds en Angleterre.

Selon cette étude, le guano permettrait un refroidissement moyen de 0.5 watt par m² avec plus d’un watt dans certaines régions. À l’opposé, l’effet de serre naturel, lui, est à la cause d’un réchauffement de 150 watts.m²dans le monde, et le CO2 émis par les activités anthropiques de 1.6 watts.m². Les nuages remplis d’ammoniac sont donc bien loin de compenser l’impact du réchauffement climatique global mais constituent néanmoins un espoir pour l’Arctique.  » Cette connexion écolo-atmosphérique nouvellement identifiée et fascinante met en évidence l’interconnexion des nombreuses composantes du système climatique de la Terre, s’enthousiasme Jeff Pierce, professeur à l’Université du Colorado ayant participé à l’étude.

Lire l’article complet : Sciences et Avenir

The following two tabs change content below.
AVERTISSEMENT : Les communiqués de presse publiés dans cette rubrique ne sont pas rédigés par la rédaction de Fréquence Terre qui se dégage de toute responsabilité des propos qui sont tenus et rédigés par les tiers qui publient dans cette rubrique. Les informations contenues dans cette rubrique ne sont pas vérifiées par nos soins, vous pouvez toutefois nous signaler un contenu qui vous semblerait inapproprié en laissant un commentaire ou en nous contactant directement via notre formulaire de contact (accessible en bas de page).

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
Thumbnail for 328084

COP21 : Rapport « Femmes et climat »

Thumbnail for 328102

L’espadon de Méditerranée enfin protégé

Dans la même thématique :

Comments Closed

réactions fermées