7:10 - dimanche décembre 4, 2016

A quoi ressemblera l’Europe de l’énergie en 2030 ?

Lu 124 fois Robot Automatique Commentaires fermés sur A quoi ressemblera l’Europe de l’énergie en 2030 ?
Thumbnail for 328932

PAQUET. Les 28 Etats membres de l’Union européenne n’ont plus que trois ans pour atteindre l’objectif du « trois fois 20 » du « plan climat » de 2008 c’est-à-dire 20% en moins de gaz à effet de serre par rapport à 1990, 20% d’énergie renouvelable en plus et un gain d’efficacité énergétique de 20%. L’heure du bilan n’a pas encore sonné pour cette première étape qu’il faut déjà se projeter à 2030 tant les politiques énergétiques sont lourdes à mettre en œuvre. Pour ce nouvel horizon baptisé « paquet d’hiver », la Commission européenne vient de proposer 40% d’émissions de gaz à effet de serre en moins (par rapport à 1990), 27% d’énergie renouvelable en plus et 30% de consommation d’énergie en moins via l’efficacité énergétique et les politiques d’économie.

Les énergies renouvelables

VOIE CONTRAIRE?  » Parvenir au premier rang mondial pour les énergies renouvelables », tel est l’objectif proclamé par la Commission. Si les 27% d’énergie renouvelable concernent tous les secteurs y compris les transports encore largement dominés par le pétrole, la moitié de l’électricité devra en revanche provenir du solaire, de l’éolien, des énergies marines ou de l’hydraulique. La Commission table pour cela sur des marchés de l’énergie donnant un accès équitable à toutes les sources de production. C’est donc la fin de l’accès prioritaire au réseau des énergies renouvelables, Bruxelles estimant que désormais solaire et éolien sont suffisamment concurrentiels pour lutter à armes égales avec le charbon ou le nucléaire. Cette disposition déplaît fortement au Réseau Action Climat France qui dénonce une voie contraire à l’accord de Paris sur le climat. « C’est tout le contraire que se proposent de faire ces projets de directives sur les énergies renouvelables : en fixant un objectif de seulement 27 % de renouvelables en 2030 (l’Europe atteindrait 24 % sans nouvelles politiques), en menaçant de supprimer l’accès prioritaire au réseau et certains mécanismes de soutien pour ces énergies, en autorisant les subventions déguisées aux énergies fossiles et en n’adoptant pas les règles de gouvernance adéquates », dénoncent les ONG françaises. De même, les associations environnementales sont vent debout contre la proposition européenne d’accélérer le développement des biocarburants s’ils émettent 70% de gaz à effet de serre de moins que les carburants fossiles. Pour les ONG, il faudrait au contraire se donner pour objectif d’abandonner biodiesel et essence à l’éthanol d’ici 2030.

En revanche, la substitution du gaz et du charbon par la biomasse ou la géothermie dans l’habitat fait consensus. Trois foyers européens sur quatre sont chauffés à partir d’énergie fossile ce qui correspond à 68% des importations de gaz de l’Union. Chaque pays devra s’engager à ce que la part des énergies renouvelables dans le chauffage augmente de 1% tous les ans. Le déploiement des énergies renouvelables dans ce secteur a permis d’éviter l’importation d’environ 20 milliards d’euros de combustibles fossiles. Le gain pourrait être de 60 milliards d’euros par an d’ici 2030. En 2014, les 28 Etats membres ont dépensé 400 milliards d’euros dans l’importation d’énergie.

L’efficacité énergétique

La meilleure énergie est celle que l’on ne brûle pas. Fort de ce principe, le « paquet d’hiver » entend « consommer mieux, polluer moins ». En 2030, l’Europe devra diminuer son appétit de 30% par rapport à aujourd’hui. Cet objectif permettra de réduire de 12% les importations de charbon, gaz et pétrole, soit une économie supplémentaire de 70 milliards d’euros par an. Les actions sont déjà en cours : isolation des bâtiments (le secteur représente 40% de la consommation énergétique européenne), amélioration des procédés industriels, écoconception, recyclage des matières, diffusion à grande échelle d’appareils économes et d’éclairage moins gourmand (LED notamment). Ainsi, RTE, distributeur d’électricité en France, a calculé que la consommation annuelle française allait passer de 479 milliards de kWh aujourd’hui à 471 milliards en 2021. Ces 8 milliards de kWh représentent les besoins d’un département comme la Haute-Garonne. En agissant seulement sur le chauffage et la climatisation des immeubles collectifs européens, 8 millions de tonnes-équivalent-pétrole (TEP) pourraient être économisés dès 2030. Le marché européen de la rénovation des logements est estimé entre 80 et 120 milliards d’euros et pourrait créer des centaines de milliers d’emplois. Quant à l’écoconception, elle pourrait générer 55 milliards d’euros de recette supplémentaire à l’industrie européenne dès 2020.

En faisant miroiter ces importants gains potentiels, la Commission tend le bâton pour se faire battre. Pourquoi en effet, avec des technologies matures et rentables, ne pas être plus ambitieux? C’est l’avis du Climate Action Network Europe qui trouve la Commission frileuse et plaide pour une baisse de 40% de la consommation.

Lire l’article complet : Sciences et Avenir

The following two tabs change content below.
AVERTISSEMENT : Les communiqués de presse publiés dans cette rubrique ne sont pas rédigés par la rédaction de Fréquence Terre qui se dégage de toute responsabilité des propos qui sont tenus et rédigés par les tiers qui publient dans cette rubrique. Les informations contenues dans cette rubrique ne sont pas vérifiées par nos soins, vous pouvez toutefois nous signaler un contenu qui vous semblerait inapproprié en laissant un commentaire ou en nous contactant directement via notre formulaire de contact (accessible en bas de page).

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
Thumbnail for 328925

BNP Saint-Nazaire occupée par le « Fraudathon » pour dénoncer l’évasion fiscale

Thumbnail for 328940

« La vignette anti-pollution est un attrape-couillons », peste Pascal Praud

Dans la même thématique :

Comments Closed

réactions fermées