5:45 - dimanche juin 25, 2017

Des espèces polaires et indopacifiques ont été retrouvées en Méditerranée

Lu 299 fois Robot Automatique Commentaires fermés sur Des espèces polaires et indopacifiques ont été retrouvées en Méditerranée

SAUGRENUES. Les mers et océans regorgent de merveilles insoupçonnées, et la Méditerranée n’échappe pas à la règle ! Lors d’une expédition effectuée par l‘Agence Européenne Oceana* et soutenue, notamment, par le Ministère de l’environnement et l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), au large du Liban, des chercheurs ont trouvé 200 espèces animales qu’ils ne pensaient pas débusquer à cet endroit. Grâce à un robot sous-marin pouvant plonger jusqu’à 1050 mètres de profondeur, ils ont pu capturer de magnifiques specimens en photos et en vidéo. Ainsi, les scientifiques ont en effet découvert des jardins de coraux et d’éponges à 80 mètres de profondeur, que l’on ne retrouve habituellement qu’en Méditerranée orientale.

Éponge (Clathrina clathrus) trouvée à 80 mètres de profondeur – Crédit : Oceana

D’autres espèces ont été apportées par l’homme, via les eaux de ballast relâchées par les bateaux, comme les poissons-lapins, Lagocephalus sceleratus, et des rascasses volantes, Pterois volitans, qui abondent dans l’océan Indopacifique. Cependant, ces poissons tendent à devenir invasifs et sont à l’origine d’un surpâturage qui détruit l’habitat.

Plus étonnant encore, des espèces de l’Arctique ont également été observées dans les eaux méditerranéennes. Pour la toute première fois, des requins lanternes, Etmopterus pusillus, et des étoiles de mer à 6 bras du genre Leptasterias, ont été aperçus. Les chercheurs ne savent pas pourquoi ni comment ces animaux polaires sont arrivés jusqu’ici. L’eau plus froide en profondeur pourrait expliquer leur installation ou alors ces espèces étaient peut-être présentes sur le site depuis longtemps sans qu’on ne les repère. Toutes ces données ont été transmises au gouvernement libanais et appuieront le projet de réserve marine protégée.

Requin lanterne (Etmopterus pusillus) – Crédit : Oceana

Aujourd’hui, 4.5% de la Méditerranée est protégée de toute activité humaine et la Convention Internationale sur la diversité biologique aimerait que, d’ici 2020, 20% des eaux françaises soient protégées ainsi que 10% des aires marines mondiales.

*OCEANA. Il s’agit d’un regroupement de fondations international spécialisé dans la protection des océans : conservation des habitats et des espèces, campagnes contre la pollution, la surpêche etc. Créé en 2011, ce groupe a réussi à protéger plus d’un million de m² d’océans. Oceana compte déjà 27 expéditions à son actif. Celle-ci était sa première en Méditerranée orientale, à la fois en eaux profondes et dans les canyons. Elle s’inscrit dans une démarche volontaire du Liban pour créer une aire marine protégée.

Oceana – Expédition dans les eaux profondes du Liban – Crédit : Oceana

Lire l’article complet : Sciences et Avenir

The following two tabs change content below.
AVERTISSEMENT : Les communiqués de presse publiés dans cette rubrique ne sont pas rédigés par la rédaction de Fréquence Terre qui se dégage de toute responsabilité des propos qui sont tenus et rédigés par les tiers qui publient dans cette rubrique. Les informations contenues dans cette rubrique ne sont pas vérifiées par nos soins, vous pouvez toutefois nous signaler un contenu qui vous semblerait inapproprié en laissant un commentaire ou en nous contactant directement via notre formulaire de contact (accessible en bas de page).

Pollution : « Il va falloir arrêter avec le diesel, c’est inévitable »

“Il faut des moyens plus drastiques pour lutter contre la pollution” – L’édito de Christophe Barbier

Suggestions
Commentaires fermés