5:39 - dimanche juin 25, 2017

Les fleurs sous-marines aussi ont leurs pollinisateurs !

Lu 352 fois Robot Automatique Commentaires fermés sur Les fleurs sous-marines aussi ont leurs pollinisateurs !

POLLEN. Sur terre comme dans la mer, les fleurs ont trouvé des alliés pour se reproduire : les animaux. Il était jusqu’à présent admis que la pollinisation sous-marine se faisait uniquement par l’eau, mais des chercheurs de l’Université nationale autonome du Mexique ont réussi à prouver que des amphipodes (petits crustacés) ainsi que des polychètes (vers aquatiques) participaient également au transfert de pollen des fleurs mâles vers les fleurs femelles. Ces pollinisateurs ont été retrouvés dans des *herbiers marins tropicaux, Thalassia testudinum, également appelés ” herbes à tortue, particulièrement représentés aux Caraïbes et à l’ouest de l’Atlantique. Ainsi, la pollinisation serait mixte : à la fois hydrophile et zoobenthophile, c’est-à-dire réalisée par des animaux dans la zone benthique (qui vit dans les fonds marins).

*Herbier. Il s’agit d’une prairie sous-marine composée de plantes dont certaines possèdent des fleurs (angiospermes). Les herbiers jouent un rôle primordial dans les écosystèmes : ils servent de réserve nutritionnelle et d’habitat pour de nombreuses espèces, allant des plus petits crustacés aux lamantins, et stabilisent les côtes en fixant les sédiments à l’aide de leurs racines. Il existe 60 espèces d’herbiers marins dans le Monde.

Ces plantes peuvent aussi se reproduire par clonage mais la reproduction sexuelle permet de maintenir le flux de gènes dans les populations et de recoloniser un milieu après de fortes perturbations (tempêtes, eutrophisation de l’eau etc.).

    Faune avec des grains de pollen (entourés) – Crédit : Nature Communications

    Les chercheurs ont choisi d’étudier cette reproduction sexuée en laboratoire pour s’assurer qu’il s’agissait bien d’une “réelle” pollinisation. Ils ont préparé plusieurs aquariums contenant des angiospermes des deux sexes et les invertébrés et ont observé la situation pendant 15 minutes. Dans l’un des deux, ils ont supprimé tout courant pouvant transporter les gamètes. Ils se sont alors aperçus qu’en présence de ces animaux, des grains de pollen s’accumulaient sur les stigmates alors que lorsqu’ils étaient retirés, aucune fécondation n’avait lieu. “Il peut s’agir d’un mécanisme qui assure une bonne reproduction en absence de mouvements de l’eau, et cela permet d’étendre la zone de pollinisation aquatique qui est alors limitée”, expliquent les chercheurs dans leur étude publiée dans Nature Communications. Ces invertébrés ont une locomotion semi-active, c’est-à-dire qu’ils se laissent souvent porter par les courants mais peuvent tout de même se diriger. Leur présence dans ces herbiers permet alors une plus forte dispersion des grains de pollen. Selon les scientifiques, ces animaux en seraient d’ailleurs friands, puisque ces grains sont riche en glucides et en protéines. Ils s’accrocheraient donc aux animaux, comme c’est le cas chez les pollinisateurs terrestres, et le transport d’une fleur à l’autre se ferait alors de manière non délibérée.

    Au total, sur les 14.000 angiospermes que l’on trouve sur terre, 14 seulement sont hydrophiles et parmi eux, seulement 10 sont présents dans des environnements marins. Beaucoup de plantes à fleurs aquatiques émergent en effet de l’eau, privilégiant ainsi la dispersion des gamètes par le vent. “Les angiospermes marins ont probablement évolué à partir d’ancêtres d’eau douce”, supposent les chercheurs, “cependant, les herbiers marins sont polyphylétiques et la transition entre l’eau douce et le milieu marin peut avoir été différente parmi les lignées”.

    Fleurs d’un herbier visitées par des invertébrés – Crédit : Brigitta Van Tussenbroek

    Lire l’article complet : Sciences et Avenir

    The following two tabs change content below.
    AVERTISSEMENT : Les communiqués de presse publiés dans cette rubrique ne sont pas rédigés par la rédaction de Fréquence Terre qui se dégage de toute responsabilité des propos qui sont tenus et rédigés par les tiers qui publient dans cette rubrique. Les informations contenues dans cette rubrique ne sont pas vérifiées par nos soins, vous pouvez toutefois nous signaler un contenu qui vous semblerait inapproprié en laissant un commentaire ou en nous contactant directement via notre formulaire de contact (accessible en bas de page).

    “Le hibou-fusée” : un livre édifiant, pour en savoir plus sur le fonctionnement autistique !

    Les routes relient les hommes, mais morcellent la nature

    Suggestions
    Commentaires fermés