5:45 - dimanche juin 25, 2017

Décès du géographe Jean-Christophe Victor

Lu 339 fois Robot Automatique Commentaires fermés sur Décès du géographe Jean-Christophe Victor

Nous avons été abasourdis par la nouvelle, à Sciences et Avenir, et sommes tristes de penser à cette voix et à cette détermination qui viennent de brusquement s’éteindre. Il y a quelques semaines seulement, le géographe Jean-Christophe Victor, créateur de la célèbre émission le ” Dessous des cartes » (Arte), donnait encore une conférence magistrale de clôture lors du colloque ” Quelles énergies pour demain ? », à l’occasion duquel nous avions pu longuement converser. Nous étions convenus de nous revoir en ce début d’année 2017, notamment pour évoquer un ouvrage lui tenant à cœur et pouvant intéresser tout particulièrement les lecteurs de Sciences et Avenir : ” 2038. Les futurs du monde ».

Cet atlas prospectif, sorti en novembre 2016 (notre critique est à lire dans Sciences et Avenir 840), faisant suite au ” 2033, atlas des futurs du monde » paru en 2010, a été, en effet, piloté par Virginie Raisson, à la tête du Lépac, laboratoire privé et indépendant de recherche appliquée en géopolitique et prospective, fondé en 1992 par cette analyste en relations internationales et Jean-Christophe Victor.

Lors du colloque de novembre, il n’avait pas manqué, à sa manière pédagogique directe, de rappeler les grands enjeux du futur, démographique en premier. Cette croissance démographique mondiale, qu’il illustrait par une courbe impressionnante, il ne manquait cependant pas de la relativiser très vite. Il faisait ainsi remarquer le “découplage entre l’augmentation de la population et l’accroissement du produit intérieur brut (PIB) mondial et de la consommation mondiale”, citant toujours ses sources, en l’occurrence FMI et Banque Mondiale. Et insistait tout particulièrement sur “les très importantes disparités entre diverses régions du monde”.

Il n’avait pas manqué de montrer les courbes d’évolution très régulières et prévisibles (à 2030) du bilan énergétique mondial que chacun devrait avoir en tête – légères augmentations du nucléaire et du charbon, ainsi que du pétrole plus fortes augmentations des énergies renouvelables et du gaz. En explicitant, devant un public soucieux de comprendre, la nécessité d’une réelle transition énergétique. En l’occurrence, il s’était montré légèrement moins optimiste que ne le laisserait penser l’ouvrage ” 2038 » où l’on peut lire cette phrase prospective : “(en ce 26 septembre 2038), l’organisation mondiale de l’environnement rapporte dans un communiqué que, pour la première fois depuis le début du siècle, l’année pourrait ne pas figurer parmi les dix plus chaudes de l’Histoire” (p. 185). Dans le livre, ces propos sont censément recueillis par… “Christopher-John Bilkul et Virginia Torvic”, pseudos transparents pour un couple ne manquant pas d’humour ! De fait, Jean-Christophe Victor, 69 ans, avait également à cœur de construire un monde aussi compréhensible que possible par ses très jeunes enfants, qu’il évoquait avec tendresse. L’équipe de Sciences et Avenir leur présente ici, ainsi qu’à leur mère, ses plus sincères condoléances.

Jean-Christophe Victor, un homme optimiste et qui aimait le monde

Avec sa passion et sa connaissance particulière de l’Asie, Jean-Christophe Victoir n’avait pas manqué de rappeler, à ceux qui voudraient l’oublier un peu vite, que ” la richesse mondiale se redéploie ». Et de montrer l’évolution des PIB de la Chine, de l’Inde, ces deux pays passant aux premier et deuxième rang en 2050, reléguant ainsi les Etats-Unis (premiers en 2010) à la troisième place. Et appelant l’Europe à ne pas tomber dans la sinistrose…

Pédagogue toujours, heureux de faire passer des messages forts et lisibles, tel se présentait le conférencier. Ce en quoi il excellait aussi pour l’émission ” Dessous des cartes », qu’il avait conçue pour la chaîne Arte il y a vingt-six ans et qu’il continuait de présenter. Les équipes de cette chaîne lui rendent hommage aujourd’hui en soulignant “au-delà de son grand professionnalisme, sa fidélité, sa rigueur, mais aussi sa foi en l’avenir et son optimisme chevillé au corps”. On ne compte plus les découvertes des téléspectateurs grâce à sa présentation particulière des cartes rendues parlantes par un jeu d’affichage subtil des frontières, de leur redécoupage ou disparition, des couleurs caractérisant langues ou productions diverses, agricoles, minières etc. Que ce soit pour expliciter les évolutions de la Mongolie ou de la Turquie, de l’Iran, de la Finlande ou de l’Antarctique, que l’interrogation porte sur ” Des océans sans poissons ?» ou ” Des frontières qui se referment ? », ” on ne peut pas faire sans cartes », disait-il à l’auditoire. Des cartes nécessitant des légendes fort circonstanciées…

Sa foi en l’avenir, nous l’avions ressentie quand il nous avait convié à nous rendre à ce qui le rendait fier et heureux ces derniers jours, l’ouverture (officielle) annoncée pour le 14 janvier 2017 de ” l’Espace des mondes Polaires Paul-Emile Victor ». “J’en suis le co-concepteur”, nous avait-il rappelé, et “c’est le premier Musée polaire français”. Hommage rendu dans le Jura à un père qu’il aimait et admirait. Sciences et Avenir, qui l’a visité, publiera prochainement les propos alors recueillis.

En attendant de voir de quoi l’avenir sera fait, voici de quoi y réfléchir”, nous avait écrit Virginie Raisson en dédicace de l’ouvrage ” 2038, les futurs du monde ». Nous la remercions ainsi que Jean-Christophe Victor d’aider (d’avoir aidé) à cette réflexion, avec cet optimisme déjà cité. Ce n’est pas un hasard si, sur une page, la parole a été laissée à Ariane Mnouchkine, fondatrice du Théâtre du Soleil, reproduisant avec son autorisation ses vœux 2013 : “Ouvrons un chantier, un chantier colossal, pharaonique, himalayesque, inouï, surhumain parce que totalement humain. Le chantier des chantiers. Celui de l’avenir. […] Disons à nos enfants qu’ils arrivent sur terre quasiment au début d’une histoire et non pas à sa fin désenchantée […]”. Alors, nous nous efforcerons aussi que nos vœux 2017, en hommage à un homme optimiste et qui aimait le monde, parcouru en tous sens, ne sonnent pas comme désenchantés.

Lire l’article complet : Sciences et Avenir

The following two tabs change content below.
AVERTISSEMENT : Les communiqués de presse publiés dans cette rubrique ne sont pas rédigés par la rédaction de Fréquence Terre qui se dégage de toute responsabilité des propos qui sont tenus et rédigés par les tiers qui publient dans cette rubrique. Les informations contenues dans cette rubrique ne sont pas vérifiées par nos soins, vous pouvez toutefois nous signaler un contenu qui vous semblerait inapproprié en laissant un commentaire ou en nous contactant directement via notre formulaire de contact (accessible en bas de page).

Pastilles anti-pollution: les demandes se multiplient

Ile-de-France: la pollution de l’air va s’aggraver

Suggestions
Commentaires fermés