2:39 - jeudi juillet 27, 2017

Journée mondiale du thon : la longue route vers une pêche durable

Lu 370 fois Robot Automatique Commentaires fermés sur Journée mondiale du thon : la longue route vers une pêche durable

By Marie Lecomte, Chercheure « Gestion durable des pêches », Iddri

TheAnimalDay.org/Flickr, CC BY

On célèbre ce 2 mai pour la première fois la Journée mondiale du thon. Créée à l’initiative des pays membres de l’Accord de Nauru (Kiribati, Îles Marshall, Micronésie, Palau, Papouasie Nouvelle Guinée, Îles Salomon et Tuvalu), cette journée vise à rappeler l’importance vitale du marché du thon pour de nombreux pays, et à mettre en lumière les défis considérables que le secteur rencontre en termes de durabilité.

Pour le consommateur qui s’interroge sur la provenance du poisson qu’il achète, c’est également l’occasion de rappeler la diversité des espèces vendues sur les étals, leurs différences provenances et méthodes de captures, ainsi que les leviers qui permettraient d’assurer une gestion plus durable des stocks.

Sept espèces pour un immense marché

Le thon fait figure de mastodonte au sein du marché des produits de la mer. Il englobe plusieurs espèces de poissons migrateurs, les principales étant le listao, l’albacore, le germon, le thon obèse et trois espèces de thon rouge (thon rouge du Pacifique, thon rouge de l’Atlantique, thon rouge du Sud).

En 2015, les captures de ces sept espèces ont atteint 4,8 millions de tonnes, soit 5 % des captures mondiales des pêches. Chaque seconde, 152 kilos de thons sont pêchés… pour assurer une consommation mondiale de l’ordre de 0,45 kg/an/personne, équivalente à celle du Nutella.

En 2014, le chiffre d’affaires de l’industrie thonière atteignait ainsi 33 milliards de dollars, soit 24 % de la valeur de la filière mondiale des produits de la mer. Le thon est ainsi l’un des plus importants marchés des produits de la mer en termes de valeur économique.

Conserves et sashimis

Le thon est principalement capturé par des flottes industrielles. Les principaux engins de pêche utilisés sont la senne (un long filet qui encercle le banc de thons), la palangre (une ligne équipée de plusieurs milliers d’hameçons munis d’appâts) et la canne.

Selon l’engin de pêche utilisé et les espèces ciblées, on distingue plusieurs segments de l’industrie thonière.

Le thon en conserve est la principale forme de consommation du thon : près de 75 % des captures mondiales de thons sont ainsi destinées aux conserveries. Les principales espèces utilisées sont le listao et l’albacore qui sont principalement capturés par des senneurs.

Le thon sashimi est caractéristique du marché japonais. Les espèces concernées sont l’albacore, le thon obèse et les trois espèces de thon rouge, ces dernières étant quasi exclusivement destinées à ce marché. Ce marché aux critères de qualité extrêmement stricts est alimenté par la flotte palangrière et certaines pêcheries à la ligne artisanales (Indonésie, Maldives).

Le thon consommé sous forme de steak sur les marchés européens et américains est de l’albacore et du germon capturés par les palangriers ou les ligneurs. Le thon consommé Plus…

Cette info vient du site : The Conversation

The following two tabs change content below.
AVERTISSEMENT : Les communiqués de presse publiés dans cette rubrique ne sont pas rédigés par la rédaction de Fréquence Terre qui se dégage de toute responsabilité des propos qui sont tenus et rédigés par les tiers qui publient dans cette rubrique. Les informations contenues dans cette rubrique ne sont pas vérifiées par nos soins, vous pouvez toutefois nous signaler un contenu qui vous semblerait inapproprié en laissant un commentaire ou en nous contactant directement via notre formulaire de contact (accessible en bas de page).

Les algues vertes ont-elles tué un joggeur en Bretagne ?

En Bretagne, le blé noir reprend des couleurs

Suggestions
Commentaires fermés