2:39 - jeudi juillet 27, 2017

Déchets verts et alimentaires : des détritus sous-exploités

Lu 342 fois Robot Automatique Commentaires fermés sur Déchets verts et alimentaires : des détritus sous-exploités

By Raphaël Guastavi, Responsable du service « Mobilisation et valorisation des déchets », Ademe (Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie)

Intensifier la collecte des détritus alimentaires pour mieux valoriser les biodéchets. Shutterstock

En France, les  » biodéchets constituent environ 40 % des ordures ménagères. Ils regroupent les déchets verts et alimentaires issus de ressources naturelles animales ou végétales. Dans les déchets ménagers, ils sont constitués surtout des déchets de cuisine (épluchures de légumes, etc.), des déchets verts du jardin (tailles de haie, tonte de gazon, etc.) et des déchets en cellulose (essuie-tout, mouchoir en papier).

Les quantités de biodéchets produits par les foyers français représentent actuellement 18 millions de tonnes (Mt) par an : 30 % (5,1 Mt), essentiellement composés de déchets verts, sont gérés à domicile (paillage, compostage) ; 3,8 Mt de déchets verts sont collectés en déchèteries et 1,16 Mt en porte à porte. Les collectes de déchets alimentaires restent elles marginales.

Ces détritus peuvent être valorisés grâce au compostage et à la méthanisation ; mais dans tous les cas, un tri efficace à la source doit être assuré, or un peu plus d’une centaine de collectivités – soit seulement 7 % de la population – est concernée par une collecte séparée des biodéchets (déchets de cuisine). En 2015, la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte a fixé un taux de valorisation des déchets non dangereux à 65 %, accompagnée d’une réduction de la mise en décharge de 50 % à l’échéance 2025 en vue d’une gestion plus efficace de ces détritus.

Priorité à la réduction des déchets

La gestion des biodéchets s’intègre aujourd’hui dans une dynamique d’économie circulaire qui implique en premier lieu la prévention et la lutte contre le gaspillage alimentaire, la gestion de proximité (compostage domestique, compostage partagé), la gestion collective (collecte en apport volontaire, ou en porte-à-porte), le traitement et le retour au sol des biodéchets transformés.

Comme l’a montré une récente étude, la chasse au gaspillage alimentaire permet une réduction très efficace de la production de déchets.

De nombreuses initiatives menées sur le terrain témoignent de résultats encourageants ; on pourra citer à titre d’exemple cette opération impliquant 10 magasins de la grande distribution qui en l’espace de trois mois ont réussi à réduire leur gaspillage alimentaire de 22 % en moyenne, réalisant 70 000 euros d’économie. Et, en 2014, 20 foyers témoins sont parvenus à réduire de moitié leurs pertes et gaspillages alimentaires, représentant une économie de 60 euros par personne par an.

Mise en place d’un composteur collectif à Nantes.
Association Ça pousse en amont

Mieux trier et bien collecter

Les collectivités ont accès aujourd’hui à toute une palette d’outils pour la mise en œuvre du tri à la source des biodéchets : gestion de proximité (compostage domestique, partagé en pied d’immeubles ou à l’échelle d’un quartier) avec traitement in situ, collectes séparées (en porte à porte ou en apport volontaire) avec traitement centralisé (compostage industriel, méthanisation).

Si le compostage domestique est bien répandu et sa promotion assurée Plus…

Cette info vient du site : The Conversation

The following two tabs change content below.
AVERTISSEMENT : Les communiqués de presse publiés dans cette rubrique ne sont pas rédigés par la rédaction de Fréquence Terre qui se dégage de toute responsabilité des propos qui sont tenus et rédigés par les tiers qui publient dans cette rubrique. Les informations contenues dans cette rubrique ne sont pas vérifiées par nos soins, vous pouvez toutefois nous signaler un contenu qui vous semblerait inapproprié en laissant un commentaire ou en nous contactant directement via notre formulaire de contact (accessible en bas de page).

Le bruit de l’homme affecte les espèces jusque dans les aires protégées

Centrale thermique de Marie-Galante : les dilemmes de la transition énergétique

Suggestions
Commentaires fermés