Le 14 mars dernier le Parlement européen a voté à une très large majorité, en faveur d’un rapport demandant des mesures claires pour réduire l’exposition aux perturbateurs endocriniens. Une avancée dont se félicite Michèle Rivasi, Vice-Présidente du groupe des Verts/ALE au Parlement européen et co-rapporteure de ce dossier.

Pour Michèle Rivasi, c’est un véritable enjeu de santé publique et il y a urgence…

Interview Michèle RIVASI 1

Pour la députée européenne Michèle Rivasi, beaucoup d’industries voudraient une définition stricte pour que certains perturbateurs endocriniens passent à tavers les mailles du filet. D’où son insistance pour que la définition soit la plus large possible et surtout que les caractéristiques permettent enfin de limiter l’utilisation de ces substances avant qu’elles se retrouvent dans des produits de consommation .

A l’échelle internationale, il y a aurait entre 830 et 840 perturbateurs endocriniens dans notre .

A l’échelle européenne, la France et le Danemark montrent l’exemple…

Michèle Rivasi.

Interview Michèle RIVASI 2

Avec ce rapport, une 1ère défiintion des perturbateurs endocriniens est donnée, une 2e sera donnée par la Direction de l’environnement de la Commission européenne en décembre 2013. Cette définiion interviendra alors sur différentes directives concernées comme la “directive pesticides” ou la “directive dioxyde” (les détergents) ou encore celle sur les cosmétiques. Mais il faudra faire face à l’industrie chimique…

Interview Michèle RIVASI 3

Michèle Rivasi est députée européenne Europe Ecologie.

Retrouvez la sur www.frequenceterre.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici