Humeur verte : l’actu déjantée vue depuis Bruxelles, Capitale de l’Europe,  par Pierre Guelff.

Stéphane De Groodt est comédien, réalisateur et chroniqueur (RTL, Canal+, France Inter…) dont l’humour est comparé à celui de Raymond Devos, de Pierre Desproges ou de Pierre Repp. « Voyages en absurdie » publié chez Plon, reprend cinquante de ses chroniques dites déjantées et décapantes. Sur près de deux cents pages, il y a donc du Berlusconi, du Chirac, du Delon, du Johnny Hallyday, du Hollande et du Sarkozy, sans oublier les Le Pen, père et fille, etc.

Voici quatre courts extraits de cet ouvrage :

« Je reçois un coup de fil du ministre belge de la Culture. J’avais oublié qu’on avait des ministres et encore plus au rayon Culture… »

« Je me suis rendu au sommet de l’État, faubourg Saint-Honoré : saint patron des boulangers. Après faut pas s’étonner que Sarko soit dans le pétrin… »

« François Hollande fond en larmes et, tout en prenant un Tranxène, il m’explique combien il est confiant en l’avenir de la France. »

Et, concernant Dominique Strauss-Kahn, cette constatation : « Comme quoi on peut avoir de la suite dans les idées, faute d’avoir de bonnes idées dans les suites… »

 

1 COMMENTAIRE

  1. Stéphane de Groodt a un talent et un charme fous mais il devrait honnêtement citer le titre du film qui lui a inspiré celui de son livre: Voyage en Absurdistan, paru en Autriche et en allemagne il y a au moins dix ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici

dix-neuf − 9 =