Si vous êtes comme moi, le genre de femmes à paniquer devant le rayon yogourts au supermarché, cette chronique est pour vous. Car cette peur panique s’applique également au rayon cosmétiques : comment choisir au mieux face à cette offre aussi variable tant au niveau de la qualité que des prix ? Comment éviter ces substances polluantes et toxiques pour l’organisme, perturbant notre système hormonal *? J’ai réglé ces dilemmes au rayon yogourt en achetant des produits issus de l’agriculture biologique.

Quant aux cosmétiques, voici une petite liste des produits qu’il est préférable de ne pas voir apparaître dans la liste de composition. Car certes, les produits biologiques sont là aussi préférables, mais pas à la portée de toutes les bourses.

Premier point, les cosmétiques, derrière la multitude d’emballage, c’est un peu comme les lessives : les mêmes produits, constitués d’eau comme ingrédient premier. Reportez-vous donc à la liste des composants, et bannissez :

  • Les phtalates, substances chimiques qui se cachent sous les noms de DEHP, DBP, BBP, soupçonnés cancérigènes, néfastes au bon développement du fœtus.

 

  • Les parabens, et particuliers le butyl et isobutyl-paraben, car ils seraient à l’origine de certains cancers du sein.

 

  • Les silicones, utilisés surtout pour les cheveux. Leur problème ? Ils encombrent les pores de la peau et la fibre capillaire, et polluent la planète aussi, car ne sont pas biodégradables.

 

  • Les huiles minérales comme la paraffine ou la vaseline, car elles aussi bouchent les pores de la peau, l’empêchant de respirer, et sont de surcroît de peu d’intérêt pour la peau ! Mieux vaut encore se passer de l’huile d’amande douce sur les mains !

 

  • Les sulfates, présents surtout dans les champoings et gels douche**, ils sont accusés d’irriter la peau et le cuir chevelu, d’abîmer les cheveux par une action trop corrosive.

 

  • Les sels d ‘aluminium*** sont surtout utilisés dans les déodorants pour arrêter la transpiration. A éviter car on les incrimine dans les cancers du sein, l’eczéma ou encore la fatigue chronique. Depuis peu, on en trouve de plus en plus sans aluminium.

 

  • Enfin, le formaldéhyde et le toluène, cancérigènes, irritants pour les yeux et le système respiratoire sont utilisés dans les vernis.

 

Il y aurait encore bien des substances à éviter, cette liste est loin d’être exhaustive, d’autant que dès qu’une substance est suspectée ou interdite, d’autres molécules viennent les remplacer ! Le mieux est de revenir à des recettes naturelles pour être sûr de ne pas risquer sa peau en essayant d’en prendre soin !

Une référence parmi tant d’autres : La beauté au naturel : 100 produits de beauté extraordinaires à préparer soi-même en un tour de main de Joséphine Faireley, chez Brochet, Marabout pratique.

* Voir la chronique du 10/04/2012 sur les perturbateurs endocriniens

** Voir la chronique du 01/05/2012 sur le choix du savon plutôt que du gel douche

***Voir la chronique du 24/01/2012 sur les dangers de l’aluminium

Sources :

www.bioaddict.fr

Magazine Elle du 24 mai 2013.

Source de l’image : www.zeinelle.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici