11:23 - jeudi septembre 21, 2017

Du Vietnam à la Corée : comment sortir du nucléaire… et en même temps du charbon ?

Lu 270 fois Robot Automatique Commentaires fermés sur Du Vietnam à la Corée : comment sortir du nucléaire… et en même temps du charbon ?

By Patrick Criqui, Directeur de recherche émérite au CNRS, Université Grenoble Alpes

Le Vietnam a connu ces dernières années une croissance économique remarquable, de 6 à 7 % par an : en vingt ans, il est passé de la catégorie des pays à bas revenus à celle des pays à revenu moyen. C’est aussi l’un des pays d’Asie qui a le plus rapidement réduit la pauvreté : son taux (mesuré par la Banque mondiale) est ainsi passé de 60 % à la fin des années 1990 à moins de 20 % aujourd’hui.

Ce décollage économique s’est appuyé sur une agriculture dynamique : le Vietnam est aujourd’hui le deuxième exportateur mondial de café, derrière le Brésil, et le troisième de riz, derrière l’Inde et la Thaïlande. Mais il résulte aussi d’une croissance très rapide de l’industrie, du textile et de la chaussure à la sous-traitance pour l’industrie électronique coréenne. Une success story donc, si l’on met de côté la question d’un modèle politique comparable au modèle chinois…

Une croissance énergétique à grande vitesse

Cliquez pour agrandir la carte d’Asie du Sud-Est.
Google

Au plan énergétique, le pays présente également des caractéristiques spécifiques, en particulier du fait d’une croissance de la consommation d’électricité, qui a explosé ces dernières années. Et si cette dernière est passée de 13 % (entre 2006 et 2010) à 10 % par an (entre 2010 et 2014), le ministère de l’Industrie projette encore, dans son scénario le plus modéré, une croissance de 10 % jusqu’à 2020, 8 % entre 2020 et 2025 et 6 % entre 2025 et 2030. Rappelons qu’à 7 % par an, la consommation double tous les dix ans, une situation à peu près identique à celle qu’a connue la France au cours des ” trente glorieuses.

Concernant le nucléaire, l’Assemblée nationale vietnamienne a voté en novembre 2016 un arrêt de son programme de construction de centrales nucléaires, en coopération avec la Russie et le Japon, dans la province de Ninh Thuan. Les arguments avancés sont avant tout économiques : après la catastrophe de Fukushima en 2011 au Japon, les coûts des centrales ont fortement augmenté et un programme nucléaire requiert des investissements humains et financiers jugés trop importants pour le Vietnam, avec des résultats à trop long terme.

Se pose alors la question : comment répondre au triplement prévu de la demande d’électricité d’ici à 2030 ?

Le charbon, la fausse bonne solution

Pour les autorités vietnamiennes, la réponse figure dans la révision 2016 du 7e plan directeur pour l’électricité : les potentiels hydrauliques étant déjà largement équipés et les autres énergies renouvelables ne se développant encore que lentement, il faut construire rapidement de nouvelles centrales à charbon. Le mix électrique vietnamien de 2030 devrait ainsi reposer à 53 % sur les centrales thermiques au charbon et 17 % sur des centrales au gaz. Le reste allant aux renouvelables (23 %) et au Plus…

Cette info vient du site : The Conversation

The following two tabs change content below.
AVERTISSEMENT : Les communiqués de presse publiés dans cette rubrique ne sont pas rédigés par la rédaction de Fréquence Terre qui se dégage de toute responsabilité des propos qui sont tenus et rédigés par les tiers qui publient dans cette rubrique. Les informations contenues dans cette rubrique ne sont pas vérifiées par nos soins, vous pouvez toutefois nous signaler un contenu qui vous semblerait inapproprié en laissant un commentaire ou en nous contactant directement via notre formulaire de contact (accessible en bas de page).

Perturbateurs endocriniens : le gouvernement publie deux listes de pesticides

Pas-de-Calais : les boulettes jaunes sur la Côte d’Opale sont «sans danger»

Suggestions
Commentaires fermés