5:12 - dimanche novembre 19, 2017

COP23 : pourquoi les négociations sur le climat sont si compliquées

Lu 120 fois Robot Automatique Commentaires fermés sur COP23 : pourquoi les négociations sur le climat sont si compliquées

By Quentin Perrier, Doctorant en économie de l’énergie, École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Les preuves des changements climatiques ne se comptent plus et l’actualité ne cesse de nous rappeler leurs effets manifestes : vagues de chaleur plus fréquentes, précipitations extrêmes plus intenses, montée du niveau de la mer, fonte des glaces…

Le réchauffement a déjà atteint 1 °C en moyenne pour la planète depuis la fin du XIXe siècle ; des centaines de millions de personnes en subissent chaque jour les conséquences.

Face à l’importance d’une action rapide, le processus des négociations peut sembler pris de vitesse. Rappelons que le GIEC – fondé pour fournir des évaluations détaillées de l’état des connaissances scientifiques sur les changements climatiques – a été lancé en 1988 et que la COP23 (qui se déroule jusqu’au 17 novembre à Bonn) est la 23e conférence de l’ONU sur ces changements. Mais les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère n’ont cessé d’augmenter pendant tout ce temps.

Conflits et résistances autour du réchauffement

Le changement climatique est un problème global : peu importe où les gaz à effet de serre sont émis, ils contribuent de façon égale au réchauffement. Une coopération internationale incluant un maximum de pays, à commencer par les plus émetteurs, est ici incontournable.

Mais l’obtention d’un accord global est malaisée du fait des nombreuses divergences dans les intérêts et les priorités des différents pays. Ainsi les pays émergents tiennent les pays industrialisés pour responsables des émissions passées qui ont permis leur essor économique et revendiquent à leur tour le droit au développement.

À cette première ligne de clivage, il faut ici superposer d’autres problématiques : celle des pays producteurs de combustibles fossiles, qui craignent de voir leurs revenus chuter ; celle des pays les plus vulnérables aux impacts du changement climatique ou encore celle des pays insulaires, pour lesquels même un réchauffement limité à 2 °C signifie un risque de disparition.

Les changements climatiques recroisent donc les questions de développement économique, de sécurité énergétique, d’attribution des émissions passées, d’adaptation aux impacts, voire de survie pour les États insulaires. Cette multiplicité de logiques et d’intérêts complexifie les négociations en introduisant conflits et résistances.

Une influence déjà sensible

Dans ce contexte multifactoriel, il convient toutefois de souligner les réussites de l’Accord de Paris, conclu le 12 décembre 2015 à l’issue de la COP21.

Il s’agit en effet du premier accord ” universel, dans le sens où la totalité des parties signataires s’est engagée à agir pour contenir l’élévation de la température. À l’inverse, l’accord antérieur de Kyoto en 1997 ne fixait pas d’objectifs pour les pays en développement.

L’Accord de Paris a été signé par 197 pays ; il est entré en vigueur le 4 novembre 2016, soit moins d’un an après la signature, du jamais vu dans la diplomatie environnementale. D’autre part, il confirme et rehausse même l’objectif fixé à Copenhague en 2009 en donnant pour but de contenir l’élévation de la température moyenne ” nettement en dessous de 2 °C, tout en poursuivant l’action pour limiter le réchauffement à 1,5 °C.

Mais les efforts pour atteindre cet objectif ne sont pas explicitement répartis entre Plus…

Cette info vient du site : The Conversation

The following two tabs change content below.
AVERTISSEMENT : Les communiqués de presse publiés dans cette rubrique ne sont pas rédigés par la rédaction de Fréquence Terre qui se dégage de toute responsabilité des propos qui sont tenus et rédigés par les tiers qui publient dans cette rubrique. Les informations contenues dans cette rubrique ne sont pas vérifiées par nos soins, vous pouvez toutefois nous signaler un contenu qui vous semblerait inapproprié en laissant un commentaire ou en nous contactant directement via notre formulaire de contact (accessible en bas de page).
prev-next.jpg

Réchauffement climatique : l’Islande enterre le CO2

COP23 : quel climat préparons-nous pour demain ?

Suggestions
Commentaires fermés