5:13 - dimanche novembre 19, 2017

COP23 : quel climat préparons-nous pour demain ?

Lu 115 fois Robot Automatique Commentaires fermés sur COP23 : quel climat préparons-nous pour demain ?

By Christian de Perthuis, Professeur d’économie, fondateur de la chaire « Économie du climat », Université Paris Dauphine – PSL

Deux ans après le succès diplomatique de l’Accord de Paris, les avertissements se multiplient. Précédant de peu l’ouverture de la COP23 à Bonn, le rapport ” Emissions Gap, document préparé par l’agence environnementale de l’ONU, rappelait que la stricte application des engagements de l’Accord de Paris – une hypothèse assez surréaliste à l’ère des Trump et Poutine – ne serait pas en phase avec l’objectif de limiter le réchauffement en dessous de 2 °C.

Nouveau signal d’alarme à mi-parcours de la conférence : d’après le rapport annuel du Global Carbon Project, les émissions mondiales de CO2 sont probablement reparties à la hausse en 2017, après trois années de stabilisation.

Le climat de demain se joue aujourd’hui

Engagé depuis plus d’un quart de siècle, le processus de négociation onusien sur les changements climatiques s’apparente à une course de lenteur. Et l’Accord de Paris n’a nullement modifié les règles de ce waiting game. Prototype de la ” COP de transition, la conférence de Bonn n’est par exemple censée apporter d’autre résultat que… la préparation du rendez-vous de 2018. L’an prochain, la révision des contributions nationales censée aboutir à un rehaussement des ambitions devrait s’enclencher.

Pendant ce temps, la concentration de gaz à effet de serre continue d’augmenter au-dessus de nos têtes et la perspective d’une maîtrise du risque climatique, de s’éloigner.

Cette contrainte de temps est un paramètre majeur, et mal compris, de la négociation climatique. Car le climat que les Terriens connaîtront vers 2050 sera largement déterminé par le cumul des émissions que nous avons déjà envoyé dans l’atmosphère. Si des inflexions majeures sont apportées d’ici 2050, elles affecteront peu le climat de 2050, mais modifieront drastiquement les conditions climatiques que connaîtront les générations suivantes.

Pour l’illustrer, construisons trois images du secteur énergétique en 2050, à partir de la quantité d’énergie consommée par un Terrien moyen et de la part de cette énergie venant des sources fossiles.

Chacune de ces images a été affublée d’une étiquette de couleur similaire à celles attestant de l’efficacité énergétique de nos équipements. Les images des climats de 2085 et 2120 associées à chacune de ces couleurs révèlent la cohérence entre nos choix d’aujourd’hui et le réchauffement qui en résultera de demain.

Christian de Perthuis, CC BY-NC-ND
Scénario bleu : le monde selon l’Accord de Paris

Dans ce scénario, le Terrien moyen consomme autant d’énergie en 2050 qu’en 2015. La réduction des gaspillages dans les pays riches a fait baisser leurs consommations unitaires, mais l’accès à l’énergie dans les pays moins avancés a progressé, en particulier grâce à la pénétration des réseaux décentralisés fournissant l’électricité.

La part des fossiles a été ramenée à 50 % des sources primaires. La place du pétrole et du charbon a été drastiquement réduite, au profit des renouvelables et du gaz d’origine fossile. Le secteur des transports terrestres s’est affranchi Plus…

Cette info vient du site : The Conversation

The following two tabs change content below.
AVERTISSEMENT : Les communiqués de presse publiés dans cette rubrique ne sont pas rédigés par la rédaction de Fréquence Terre qui se dégage de toute responsabilité des propos qui sont tenus et rédigés par les tiers qui publient dans cette rubrique. Les informations contenues dans cette rubrique ne sont pas vérifiées par nos soins, vous pouvez toutefois nous signaler un contenu qui vous semblerait inapproprié en laissant un commentaire ou en nous contactant directement via notre formulaire de contact (accessible en bas de page).

COP23 : pourquoi les négociations sur le climat sont si compliquées

La Bretagne s’intéresse au sucre de betterave bio

Suggestions
Commentaires fermés