4:29 - vendredi avril 20, 2018

L’agriculture française à la croisée des chemins

Lu 135 fois Robot Automatique Commentaires fermés sur L’agriculture française à la croisée des chemins

By Christian Huyghe, Directeur scientifique pour l’agriculture, INRA En France, l’autosuffisance alimentaire n’a été atteinte qu’au début des années 1980. Julian Pana/UnsplashBoom du bio, expérimentations sur les toits des villes, émergence du biocontrôle… mais aussi scandales sanitaires, précarité de nombreux agriculteurs, dégradation des sols et usage de pesticides fatal aux insectes pollinisateurs : sur fond d’aspirations et d’injonctions souvent contradictoires, l’agriculture et les agriculteurs français semblent arrivés à la croisée des chemins.

Au-delà des coups de projecteur sur les réussites et les échecs du secteur, c’est bien la question du modèle agricole qui se pose avec de plus en plus d’acuité, comme en témoignent les récents débats conduits dans le cadre des États généraux de l’alimentation.

La question qui devrait désormais nous préoccuper, c’est de savoir comment la recherche et l’action politique peuvent penser et préparer non pas seulement le monde de demain, mais celui d’après-demain. Dans ce contexte, le système agricole et alimentaire (du producteur au consommateur) tient un rôle essentiel.

Des régions fragilisées

Ces dernières décennies, des gains de productivité considérables ont été obtenus dans un contexte de profondes transformations du monde agricole, permettant d’assurer une alimentation à un prix très bas.

Il faut insister ici sur un point : on a assisté ces 40 dernières années, à un mouvement global de substitution du travail agricole par les intrants (machines, chimie). Cette transformation a permis des économies d’échelle et l’émergence d’exploitations de plus en plus grandes. Ceci a également conduit à la spécialisation des productions au niveau des régions agricoles, comme en témoigne l’exemple du lait.

Évolution de la surface agricole utile (SAU) en France entre 1970 et 2010.
Données Agreste, Author provided
La production laitière par département en 2014 en France.
D. Ricard/Ceramac, Author provided
Conséquence de ce mouvement : les capacités de résilience garanties par la diversité des agricultures se sont amoindries. Chaque région de France est ainsi plus exposée aux aléas, qu’ils soient climatiques ou de marché.

Dans les réformes successives de l’agriculture et de la PAC, ce problème – le fait que cette spécialisation allait intensifier les impacts environnementaux – n’a pas été explicitement pris en compte, même si le système de quotas laitiers en France avait intégré ce point et permis de ralentir la concentration. Sortir de ce système établi s’avère compliqué. Il faut s’atteler à impulser de petits et de grands changements.

Changer le système mais comment ?

Pour que les choses bougent, plusieurs approches sont possibles, comme l’ont conceptualisé les chercheurs Stuart B. Hill & Rod J. MacRae à qui l’on doit une grille d’analyse permettant d’évaluer le degré de changement d’un système, selon trois grands niveaux.

Il y a d’abord l'” efficience : on ne change rien radicalement mais on essaie d’améliorer l’existant, en ajustant chaque composante d’un système. Vient ensuite la Plus…

Cette info vient du site : The Conversation

The following two tabs change content below.
AVERTISSEMENT : Les communiqués de presse publiés dans cette rubrique ne sont pas rédigés par la rédaction de Fréquence Terre qui se dégage de toute responsabilité des propos qui sont tenus et rédigés par les tiers qui publient dans cette rubrique. Les informations contenues dans cette rubrique ne sont pas vérifiées par nos soins, vous pouvez toutefois nous signaler un contenu qui vous semblerait inapproprié en laissant un commentaire ou en nous contactant directement via notre formulaire de contact (accessible en bas de page).
prev-next.jpg

La fin du modèle unique pour l’agriculture française ?

A Bure, après l’expulsion du bois Lejuc, la détermination des opposants

Suggestions
Commentaires fermés