2:56 - vendredi avril 20, 2018

Bolivie : les leçons à tirer de la crise de l’eau de 2016

Lu 153 fois Robot Automatique Commentaires fermés sur Bolivie : les leçons à tirer de la crise de l’eau de 2016

By Sarah Botton, Sociologue PhD, chargée de recherche, AFD (Agence française de développement) La ville bolivienne de La Paz, capitale la plus haute du monde (elle s’étend de 3 020 à 4 000 mètres d’altitude), a été bouleversée fin 2016 par une crise majeure des services d’eau ; les échos de cet événement ne cessent de résonner, révélant les immenses défis auxquels l’agglomération paceña est confrontée.

À l’heure où se tient le 8ᵉ Forum mondial de l’eau à Brasilia et où l’on redoute l’annonce du ” jour zéro au Cap en juillet prochain, quelles leçons tirer de cette récente crise de l’eau bolivienne ?

Responsables et usagers pris de court

Une urbanisation incontrôlée et une population mal recensée dans les zones sud de la ville, un barrage majeur (Hampaturi) dont les niveaux baissent de manière préoccupante dès le printemps 2016, un manque d’anticipation et diverses difficultés de communication entre institutions : en novembre 2016, 94 quartiers de la zone Sud de La Paz se trouvent privés de services d’eau potable pendant plusieurs semaines.

Panorama des niveaux historiquement bas du barrage Hampaturi, en 2016.
urgentebo/Luis Garandillas
Cette année-là, La Paz n’est pas la seule ville bolivienne concernée par la sécheresse ; mais l’ampleur et la nouveauté du phénomène dans la capitale semblent prendre de court responsables, gestionnaires et usagers des services.

Si la fragilité du système était déjà perceptible dès 2008, suite à un éboulement occasionnant une coupure majeure de service, l’épisode de fin 2016 joue un rôle de détonateur bien plus impactant, aucun incident évident ne permettant de justifier une telle crise.

Comment expliquer cet épisode ?

Il faut prendre en compte plusieurs facteurs : la fragilité croissante des ressources en eau venant alimenter la capitale ; le changement climatique, occasionnant la fonte des glaciers (première réserve d’eau) ; l’importante sécheresse de 2016.

Mais au-delà de cette précarisation des ressources, des recherches ont démontré le rôle déterminant des aspects techniques, institutionnels et politiques dans la fragilité du système. Outre leur rôle dans la genèse de la crise, ces dimensions ont connu de tristes répliques dans la phase de gestion de l’événement.

Les paradoxes de la crise

Cette crise est intervenue paradoxalement dans un contexte particulier où les plus hautes autorités ont cherché à faire de l’eau un symbole politique fort.

Depuis l’accession d’Evo Morales au pouvoir en 2006, la Bolivie joue en effet un nouveau rôle sur la scène internationale en matière de promotion d’objectifs écologiques et de lutte contre le changement climatique ; le pays a notamment fait reconnaître l’eau comme un ” bien commun mondial.

Devenue un symbole de la lutte contre la privatisation depuis les dénommées ” guerres de l’eau de Cochabamba (2000) et de El Alto (2005), la Bolivie a également largement investi le thème de l’eau sur le plan national : retour à une gestion publique des services de la capitale et reconnaissance des formes communautaires de gestion de l’eau, création d’un ministère dédié (de 2006 à Plus…

Cette info vient du site : The Conversation

The following two tabs change content below.
AVERTISSEMENT : Les communiqués de presse publiés dans cette rubrique ne sont pas rédigés par la rédaction de Fréquence Terre qui se dégage de toute responsabilité des propos qui sont tenus et rédigés par les tiers qui publient dans cette rubrique. Les informations contenues dans cette rubrique ne sont pas vérifiées par nos soins, vous pouvez toutefois nous signaler un contenu qui vous semblerait inapproprié en laissant un commentaire ou en nous contactant directement via notre formulaire de contact (accessible en bas de page).

Réchauffement : 143 millions de déplacés climatiques attendus en 2050

Centre de déchets nucléaires de Bure : prison ferme pour deux opposants

Suggestions
Commentaires fermés