9:03 - dimanche juin 24, 2018

Parmi les grands émergents, la Turquie affiche une dépendance énergétique record

Lu 180 fois Robot Automatique Commentaires fermés sur Parmi les grands émergents, la Turquie affiche une dépendance énergétique record

By Deniz Unal, Économiste, CEPII Pour appréhender la multipolarité de l’économie planétaire, la Banque mondiale met en regard depuis 2017 les performances du G7 et celles du EM7, groupe des sept grands pays émergents dont le PIB, en valeur, excède 1 % du PIB mondial (voir à ce propos les rapports de 2017 et de 2018 de la Banque mondiale).

Dans ce groupe des EM7, on retrouve la Chine, dont l’économie produit des effets d’entraînement significatifs sur l’économie globale. Les autres pays de cet ensemble jouent, eux, des rôles moteurs dans leurs régions respectives : Brésil et Mexique en Amérique, Russie et Turquie en Eurasie, Inde et Indonésie en Asie.

Un double rattrapage

Les niveaux de revenu réel par habitant de ces sept pays ont connu des évolutions contrastées par rapport à la moyenne des pays avancés sur longue période (voir le panel A du graphique 1).

Entre 1960 et 2016, les grandes économies asiatiques et la Turquie ont réalisé un rattrapage (autrement dit, leurs revenus par habitant ont convergé vers la moyenne de ceux des pays avancés) : +5 points de pourcentage pour l’Inde (13 % en 2016 contre 8 % en 1960), +9 pour l’Indonésie, +11 pour la Turquie et +29 pour la Chine ; cependant, un recul est à observer au Mexique (-15 points) et au Brésil (-5), ainsi qu’en Russie (-13) où le sensible rattrapage depuis le début des années 2000 n’a pas encore comblé l’impact de l’effondrement consécutif à la chute du mur de Berlin en 1990.

Mais les sept grands émergents ont tous enregistré un fort et parfois très fort rattrapage quant à la consommation d’énergie par tête entre 1965 et 2016 : l’Inde (+9 points), l’Indonésie (+12), le Mexique (+15), la Russie (+16), le Brésil (+23), la Turquie (+31) et la Chine (+43) (voir le panel B du graphique 1).

          Calculs de l'autrice à partir de CEPII (base de données CHELEM-PIB, mars 2018) et de BP, Statistical Review of World Energy (juin 2017), CC BY-NC-SA
        Note : l'échelle des graphiques est en logarithme ; les PIB sont en PPA, aux prix et taux de change constants 2011 ; l'énergie primaire, exprimée ici en millions de tonnes-équivalent pétrole, correspond à l'énergie " potentielle des ressources naturelles (bois, charbon, gaz, pétrole, ainsi que ressources nucléaires, hydrauliques ou autres renouvelables) avant toute transformation ; les données russes sont rétropolées par les indices d'évolution de l'ex-URSS pour la période d'avant 1992 dans le panel A et d'avant 1985 dans le panel B ; le groupe des économies avancées se réfère à la classification retenue par le FMI : Australie, Canada, Corée du Sud, Etats-Unis, Hong-Kong, Islande, Israël, Japon, Macao, Norvège, Nouvelle- Zélande, Suisse, Taiwan, Singapour, Union européenne (sauf Bulgarie, Croatie, Hongrie, Pologne et Roumanie).

Turquie : sobriété énergétique…

L’intensité énergétique, qui résulte du rapport entre ces deux Plus…

Cette info vient du site : The Conversation

The following two tabs change content below.
AVERTISSEMENT : Les communiqués de presse publiés dans cette rubrique ne sont pas rédigés par la rédaction de Fréquence Terre qui se dégage de toute responsabilité des propos qui sont tenus et rédigés par les tiers qui publient dans cette rubrique. Les informations contenues dans cette rubrique ne sont pas vérifiées par nos soins, vous pouvez toutefois nous signaler un contenu qui vous semblerait inapproprié en laissant un commentaire ou en nous contactant directement via notre formulaire de contact (accessible en bas de page).

Elevage de poules pondeuses : le cri d’alarme de Sophie Marceau et de L214

Brigitte Bardot et Rémi Gaillard unis contre la maltraitance dans les abattoirs

Suggestions
Commentaires fermés