Orientation des mobilités, quelques idées dévoilées

0
61
Si les péages urbains voient le jour, il y aura moins de voitures dans les villes. Crédit photo : collection Chauveau
Si les péages urbains voient le jour, il y aura moins de voitures dans les villes. Crédit photo : collection Chauveau

François de Rugy a dévoilé à la mi-octobre quelques-unes des mesures du projet de loi d’orientation des mobilités.

Il n’aura pas fallu longtemps à François de Rugy pour faire ses premières annonces. Le récent nommé à la transition écologique dans notre pays, en remplacement de Nicolas Hulot, a dévoilé à la mi-octobre quelques-unes des mesures du projet de loi d’orientation des mobilités. Certaines pourraient faire grincer des dents. D’autres pourraient ravir la cause de la mobilité propre.

Les municipalités et l’Etat y verraient bien une manne financière, les automobilistes une nouvelle raison de les faire passer à la caisse. L’idée des péages urbains est de retour.

Mieux perçu, l’abandon des barrières de péage sur les autoroutes au profit de capteurs qui détecteraient un badge, une vignette ou la plaque d’immatriculation, trouve ses raisons au sein de l’opinion publique. Il pourrait faire gagner en fluidité. Et peut-être limiter les émissions de polluants.

Le serait dans l’œil de l’Etat. C’est étonnant qu’il n’ait pas pensé à le taxer jusque-là.

Une nouvelle taxe, encore une, pourrait alourdir la dépense de ceux qui achètent une voiture. Ce serait aux propriétaires de payer les pots casser du Dieselgate, vous savez cette honnêteté de certains constructeurs qui ont triché sur les émissions de leurs moteurs.

C’est peut-être la proposition la moins douloureuse du projet. Les entreprises pourraient, selon leur bon vouloir, verser une indemnité transport à leurs employés, d’un montant maximum de quatre cents euros par an net d’impôts.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici