Durant toute une année, les chercheurs de l’association VIGS ont observé et décortiqué les multiples effets produits par le nouveau réseau de bus gratuit de l’agglomération dunkerquoise. Ils ont passé au crible les modifications de comportements des habitants en matière de mobilité bien sûr, mais aussi ce qui avait changé dans leurs vies quotidiennes, leurs vies professionnelles, leurs interactions sociales, leurs façons de consommer ou encore de pratiquer et de considérer la ville… Début septembre, ils ont remis à la Communauté urbaine de Dunkerque, commanditaire de cette vaste étude qualitative, un rapport de 250 pages. Maxime Huré, le chercheur en science politique qui a supervisé l’étude, en commente les principaux résultats pour Urbis le Mag.

Lire l’article

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici