En ce début de printemps, les fleurs s'épanouissent et les oiseaux s'égosillent. Rien que de très normal. Sauf que dans les grandes villes le confinement, qui diminue la pression de l'homme sur la nature, amplifie le phénomène.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici