Détenteurs d’un titre convoité, ils hésitent de moins en moins à partir pour l’industrie ou à l’étranger. Un signe de plus que le malaise à l’hôpital gagne du terrain.

Lire l’article

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici