Au même titre que le réchauffement climatique, l’érosion de la biodiversité représente un risque financier, que les établissements financiers commencent tout juste à appréhender. L’un des grands enjeux consiste à mesurer de manière homogène l’impact des activités des entreprises sur le capital naturel pour pouvoir ensuite définir une trajectoire cible commune. L’année 2020 s’annonce décisive avec la tenue de la “COP 15 Biodiversité” en Chine. Certains assureurs et investisseurs travaillent déjà sur le sujet.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici