L’écrivain péruvien Jaime Bayly se sent comme un arbre : il veut apprendre leur calme, leur silence et tout observer. Promenade nostalgique en forme d’hommage dans un parc du nord de Buenos Aires.

Lire l’article complet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici