Ferrero affirme exercer une « tolérance zéro » à l’égard du travail des enfants. Pourtant, d’après les associations des droits de l’homme, 30 % de leurs noisettes sont issues de fermes turques où sont exploités des mineurs pour des salaires de misère.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici