Les enjeux de pouvoir entre ethnies, entre groupes linguistiques et tout simplement entre dominants et dominés, viennent donc s’infiltrer dans la lutte anti-braconnage mais aussi dans le business du tourisme vert, car ces parcs naturels reçoivent des milliers de visiteurs par an avides de voir des animaux sauvages, mais sûrement pas des Pygmées chasseurs cueilleurs en jeans et casquette. La protection de l’environnement est donc utilisée pour asseoir une domination culturelle et sociale dont les enjeux dépassent largement la question de la gestion des ressources.

Cet article Le colonialisme vert : quand les brigades anti-braconnages tuent les autochtones est apparu en premier sur La Relève et La Peste.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici